De la phrase simple à la phrase complexe

0.1. Définition

La phrase est « l’unité de communication linguistique ; c’est la suite phonique minimale par laquelle un locuteur adresse un message à un auditeur »[1]. Elle est « un assemblage de mots exprimant une pensée complète »[2].

On peut dégager trois traits de définition de la phrase :

1) une phrase est « un assemblage de mots ». En effet, on ne pense pas, on ne parle pas par mots séparés ;

2) ces mots sont assemblés selon le schéma syntaxique de la phrase française ;

3) ces mots, ainsi assemblés, doivent avoir un sens, exprimer une pensée complète.

La phrase française commence généralement par un nom ou un groupe nominal, qui est le sujet de la phrase. Le sujet est suivi d’un verbe ou un groupe verbal, qui est le prédicat. Le sujet étant ce dont on parle et le prédicat ce qu’on dit du sujet :

  • La terre est ronde.
  • La terre tourne.

 En (1) on dit de la terre qu’elle « est ronde » ; en (2), on en dit qu’elle « tourne ».

Par contre, (1’) * « est la ronde terre » n’est pas une phrase.

Par contre, (1’) * « est la ronde terre » n’est pas une phrase.

De même, quand Monsieur Jourdain dit : (3) « Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour », il produit une phrase française. Mais si l’on s’amuse à intervertir l’arrangement des mots de cette phrase, comme dans les constructions suivantes, on aura des propositions absurdes :

– * D’amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux.

– * Vos yeux beaux d’amour me font, belle Marquise, mourir.

– * Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d’amour me font.

– * Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d’Amour.

La suite du dialogue entre Monsieur Jourdain et le maître de philosophie le montre fort bien.

« Monsieur Jourdain : − Mais de toutes ces façons-là, laquelle est la meilleure ?

« Maitre de philosophie : − Celle que vous avez dite : Belle Marquise vos beaux yeux me font mourir d’amour. »

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, II, 4

La phrase exprime une pensée complète. Dire par exemple :

(4) je vais à l’école. Il s’agit bel et bien d’une phrase. Mais :

(4’) * « Je vais » – sans indiquer où je vais – n’en est pas une ou du moins c’est une phrase incomplète.

De même, la phrase suivante est insensée :

(5’) * Le mur mange la pomme.

Les mots sont bien agencés grammaticalement, mais, logiquement, la phrase est dépourvue de sens, insensée.

Résumons : Une phrase est un assemblage de mots organisés grammaticalement (conformément aux règles de syntaxe de la langue française) et logiquement (cet assemblage de mots doit avoir un sens). La phrase est composée minimalement et nécessairement d’un sujet et d’un prédicat et présente un sens complet.

0.2. Phrase simple vs phrase complexe

0.2.1. Une phrase est dite simple dans la mesure où elle ne contient qu’un seul prédicat.

Exemples :

  • Il pleut.
  • Pierre est gentil.
  • Il a mangé une pomme.
  • Entrez.

Souvent le noyau du prédicat est un verbe conjugué à un mode personnel. Mais, parfois, l’infinitif sert de noyau au prédicat.

Exemple : Pourquoi DÉPENSER tant d’argent en armements ? (S. de Beauvoir, Belles images, I).

Il y a aussi des phrases simples sans verbes  (§213) voire sans prédicat (§404).

I.2. Une phrase est dite complexe …

Une phrase, qu’elle soit simple ou complexe est verbale si son prédicat comporte un verbe.

II. Phrases averbales et phrases verbales

II.1. Une phrase est averbale si elle ne contient pas de verbe prédicatif (cas 1 : la phrase simple) ou si elle a un verbe prédicatif (ou des verbes prédicatifs) seulement dans la (ou les) proposition (s) (cas 2 : la phrase complexe).

Exemples :

Cas 1 : Phrases simples Cas 2 : Phrase complexe
Attention !Ah ! les femmes !À chacun son métier.Entrée interdite.   – À droite, la porte d’entrée et une fenêtre dont les volets sont clos (Sartre, Mains sales, I, Décor).  

0.3. Types de phrases

On distingue six types de phrases selon la nature de la communication et l’intention du locuteur :

0.3.1. La phrase déclarative (assertive ou énonciative)

Par la phrase déclarative, le locuteur (ou le scripteur) communique une information, dit quelque chose de quelque chose : (1) La terre est ronde. On dit de « la terre » qu’elle « est ronde ».

La phrase déclarative sert, comme son nom l’indique, à dire quelque chose à propos de quelqu’un ou de quelque chose.

Exemples :

  • La terre est ronde.

Je dis quelque chose (« est ronde ») à propos de quelque chose (« La terre »).

La structure de la phrase déclarative se présente comme suit : SN + SV.

La phrase déclarative est un énoncé assertif.

Elle se termine sur le plan graphique par un point.

0.3.2. La phrase exclamative (ou interjective)

Comme la phrase déclarative, la phrase exclamative dit quelque chose de quelque chose. Mais par la phrase exclamative, le locuteur exprime ses sentiments avec une force particulière :

Phrase déclarative Phrase exclamative
Le paysage est beau. QUE le paysage est beau !
Vous avez une belle écriture. QUELLE belle écriture vous avez !

Exemples :

  • Que cela est beau !
  • Quel courage !
  • Quel esprit indomptable ! (Lautréamont, Ch. De Mald, p. 121).
  • Quelle belle écriture !

Remarque : La phrase exclamative est une sorte de la phrase énonciative. (Le bon usage, §214, d).

0.3.3. La phrase interrogative

La phrase interrogative sert moins à communiquer qu’à demander une information.

La phrase interrogative La phrase déclarative
La terre est-elle ronde ? Est-ce que la terre est ronde ? La terre est ronde.
Combien font un et un ? Un et un font deux.
« Me trouvez-vous bien comme cela ? » (Le bourgeois gentilhomme (I,2)).  

Elle sert à demander une information à l’interlocuteur.

Exemples :

  • Quand viendrez-vous nous voir ?
  • Est-ce quelque chose de nouveau ?

Remarque

Ces deux types de phrases sont exclusifs l’un de l’autre : une phrase ne peut pas être simultanément interrogative et énonciative. (Le bon usage, §214, d).

0.3.4. La phrase impérative (ou injonctive)

La phrase impérative exprime une demande, un ordre ou une interdiction adressée à l’interlocuteur.

Monsieur Jourdain. – Tenez ma robe. (…) Donnez-moi ma robe pour mieux entendre. (Le bourgeois gentilhomme (I,2)).

Taisez-vous !

Relèvent aussi de cette espèce de phrase, la phrase optative et la phrase interpellative.

0.3.5. La phrase optative

C’est la phrase qui exprime un acte dont la réalisation ne dépend pas de la volonté humaine.

Portez-vous bien !

Qu’il repose en paix !

0.3.6. La phrase interpellative

Ce sont des mots-phrases qui servent à établir le contact avec autrui.

Allô !

Hep !

  1. DE LA PHRASE SIMPLE À LA PHRASE COMPLEXE

Une phrase complexe comporte plusieurs propositions reliées entre elles. – Ex. Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. Alors, quelles sont les relations que peuvent entretenir les propositions entre elles dans une phrase complexe?

   Relations entre les propositions   Outils Exemples
La juxtaposition Les propositions juxtaposées sont reliées par un signe de ponctuation.Elles sont syntaxiquement indépendantes.La relation qui les unit est implicite.   La virgule Le point virgule Les deux points   C’est pure folie: mon geste terrorisa Jean.  
La coordination Les propositions coordonnées sont reliées par des conjonctions de coordination ou des adverbes de liaison (addition, opposition…)   mais, où, et, donc, or, ni, car, puis, aussi, cependant, pourtant + verbe à l’infinitif…   Pierre est rusé mais Jean est naïf.  
La subordination La proposition subordonnée est reliée à une autre proposition dite principale dont elle dépend Elle a une fonction syntaxique et peut être:    
Subordonnée complétiveLa proposition est introduite par une conjonction de subordinationElle est COD, COI ou COS du verbe de la principale.   que, à ce que, de ce que + verbe à l’indicatif – que + subjonctif (verbes de volonté)   Tu as dû penser que je te ferai mourir.Je pouvais penser à ce que j’aimais.
Subordonnée relativeElle est introduite par un pronom relatif simple ou composé.Elle constitue une expansion du nom repris par le pronom relatif.   qui, que, quoi, dont, où, auquel, de quel, sous lequel + verbe à l’indicatif…   Nous sommes de ceux qui posent les questions jusqu’au bout.
Subordonnée infinitiveElle se compose d’un verbe à l’infinitif ayant un sujet propre, différent de celui de la principale.Elle est toujours COD du verbe de la principale.   Verbe à l’infinitif   Elle regardait sa sœur s’éloigner à une grande vitesse.
Subordonnée conjonctive circonstancielleElles sont introduites par une conjonction ou locution conjonctive.Elles ont la valeur d’un CC et peuvent indiquer: le temps, le lieu, la cause, la conséquence…   quand, lorsque, parce que, si bien que, même si + verbe à l’indicatif…   Le soir, quand tous dorment, moi, je ne dors pas.Mon père vociférait si bien que je le reconnaissais plus.

[1] Maurice Grevisse, Le bon usage, Paris : Duculot, §210

[2] Maurice Grevisse, Cours d’Analyse grammaticale, Paris : Duculot, (6e éd.), 1969, p. 5