La conjonction

Comme son nom l’indique, la conjonction  sert toujours à unir. C’est un mot de liaison invariable qui permet de mettre en rapport soit deux termes ayant une même fonction soit deux propositions. On distingue généralement deux types de conjonctions, à savoir les conjonctions de coordination et les conjonctions de subordination.  

  1. Les conjonctions de coordination
  2. Définition

Semblables aux signes « + » et « – » en mathématiques, elles joignent forcément des mots, des groupes de mots, deux propositions de même ordre syntaxique, c’est-à-dire occupant les mêmes fonctions dans la phrase – Alain et Georges s’entendent bien. / Hernani paraissait superbe et généreux. / Il lit beaucoup mais il assimile peu.

Ainsi, le tableau suivant range les différentes conjonctions de coordination en exposant les divers rapports qu’elles peuvent exprimer:

CONJ. SENS EXEMPLES
et liaison, addition Mes neveux et ma nièce sont partis en vacances.
ou Alternative Il faut persévérer ou renoncer tout de suite.
ni liaison ou alternative négative Il ne veut ni ne peut accepter.
mais Opposition Ils ne sont pas encore là, mais il n’est que huit heures.
car Explication Ferme la fenêtre, car il y a courant d’air.
or simple transition Tous les hommes sont mortels, or Socrate est un homme, donc il est mortel.
donc conséquence, conclusion L’heure du train est proche, nous allons donc vous quitter.
  • Morphologie

Certaines conjonctions de coordination proviennent du fonds latin où elles jouaient le même rôle de mots de liaison mettant en rapport dans la phrase des éléments de même ordre. C’est le cas  de et (latin et à valeur additive), de ou (latin aut à valeur disjonctive) et de ni (latin nec à valeur négative).

D’autres issues d’adverbes latins et continuent de spécifier une relation logique entre les termes qu’elles unissent, à l’exemple de mais (latin magis = plus, en plus), donc (latin dunc refait sur dum), car (latin quare = c’est pourquoi), or (hac hora = à cette heure).

  •  Les conjonctions de subordination
  • Définition

Elles permettent de relier deux  propositions qui ne sont pas placées sur le même plan syntaxique. Elles établissent une relation de dépendance entre une proposition dite principale et une autre dite subordonnée – Ex. Comme on fait son lit, on se couche. / Il était généreux, quoiqu’il fût économe.

Ainsi, le tableau suivant range les différentes conjonctions de coordination en exposant les divers rapports qu’elles peuvent exprimer:

CONJONCTION SENS EXEMPLES
parce que, puisque Cause Puisque vous refusez, je m’adresserai à un autre
afin que, pour que, de peur que But Enlevez cette pierre, de peur qu’on ne bute contre elle.
quand, lorsque, dès que, avant que Temps Dès qu’il fera jour, nous partirons en excursion.
bien que, quoique concession Bien que cet échec fût grave, il  ne se découragea pas.
si, pourvu que condition Je serais heureux d’accepter votre invitation, pourvu que ma présence ne fût pas pour vous une gêne.
de même que, comme comparaison Comme nous l’avions pensé, le chemin était très dur.
  • Morphologie

D’un point de vue morphologique, on distingue :

Les conjonctions simples, qui sont seulement quatre, proviennent directement des mots latins: quand                   (quando), que (quod),  si (si), comme (quomodo).

Les  conjonctions composées ou locutions conjonctives qui proviennent de mots suivis de la conjonction que

  • Adverbe + que : alors que, puisque;
  • Préposition + que : depuis que, avant que, après que;
  • Relatif + que : quoique;
  • Déterminant + que : quel…que, quelque…que;
  • démonstratif + que (précédé d’une préposition) : au fur et à mesure que, à condition que, de peur que…
  • Gérondif + que : en supposant que, en attendant que;
  • Infinitif prépositionnel + que : à supposer que.