Categories
Billets

Techniques de prise de notes

Quelques conseils pratiques pour noter vite et bien

I) La préparation 

_ La préparation psychologique

Avant de commencer à prendre des notes, il faut d’abord être disposé psychologiquement à le faire. En effet, la prise de notes suppose attention, concentration et écoute active (quand la prise de notes s’effectue à partir de l’oral). En outre, la compréhension est fondamentale dans toute prise de notes : on ne note que ce qu’on comprend et ce qu’on juge important. Et pour comprendre, il faut d’abord prêter attention à ce qui est dit ou écrit prendre connaissance du texte, c’est-à-dire faire une première lecture. Par contre, si l’on se met à prendre des notes au fil de la lecture « sans avoir une vue d’ensemble du document », on aura du mal à distinguer ce qui est essentiel de ce qui est accessoire.

Cf. L’écoute active

_ La préparation matérielle

Il faut être muni du matériel nécessaire à la prise de notes : un bloc-notes ou des feuilles, un stylo ou un crayon.

Sur quoi noter ?

En cas d’urgence, on peut noter n’importe où. Mais, quand on dispose du temps, pour prendre des notes, nous devons choisir avoir soin le support (la nature et le format) sur lequel on peut prendre des notes.

II) La prise de notes proprement dite

Avant de commencer à prendre des notes, il faut d’abord

1_ Abréger :

Prendre des notes, c’est noter ce qui est essentiel. Noter, c’est aussi éliminer, écarter, élaguer ce qui est secondaire (les informations secondaires). Cette opération consistant à la fois à retenir l’essentiel et à élaguer ce qui est secondaire, c’est abréger. On peut alors dire que prendre des notes à partir d’un discours revient, en définitive, à abréger ce discours. Il convient, avant d’aller plus loin, dans l’explication, de définir le verbe « abréger ». Que signifie le verbe « abréger » ?

ABRÉGER. _ Rendre bref. 1. Diminuer la durée de. Abréger une visite, un repas. => écourter. « Son but était d’abréger mes années de collège, en me préparant le plus vite possible aux hautes classes » (From.). 2. Diminuer la matière de (un discours, un récit, un écrit). Abréger un texte, le récit d’une histoire. => écourter, raccourcir, résumer, tronquer. ABSOLT « La tâche de l’historien consiste essentiellement à abréger » (Bainville). 3. Abréger un mot : supprimer une partie des lettres (les moins essentielles et souvent les dernières). => abrègement, abréviation. (Le petit Robert)

Abréger, c’est donc rendre bref. On peut abréger une durée, comme on peut abréger, dans le sens d’écourter, raccourcir ou résumer une matière (un discours, un récit, un écrit). On peut également abréger un mot en en supprimant une partie. De là, on peut distinguer, à l’échelle du discours oral ou écrit, deux niveaux d’abrègement : vertical et horizonal.

1.1._ Abrègement vertical : il s’agit de raccourcir un texte en supprimant tous les éléments d’information qui ne sont pas essentiels. Autrement dit, abréger un texte, c’est supprimer toutes les informations qui ne répondent pas directement à la question (ou à la problématique) du texte.

Exemple 1 : un télégramme

« Je tiens à vous informer qu’une réunion des professeurs du département de Langue et de Littérature françaises se tiendra demain à en salle 003. Les points à l’ordre du jour sont comme suit : Examens de fin de semestre et divers. » (42 mots)

L’on sait qu’un télégramme se paie au mot. Il faut donc réduire, abréger le message au maximum sans que cela n’en gêne la compréhension.

« Je tiens à vous informer qu’une réunion des professeurs du département de Langue et de Littérature françaises se tiendra demain à 15h, en salle 003. Les points à l’ordre du jour sont comme suit : Examens de fin de semestre et divers. »

La question du texte : Quel événement ?

Quel événement ? Réunion.

Les personnes concernées ? Professeurs de langue et littérature françaises.

Quand ? Demain.

À quelle heure ? 15h.

Lieu ? Salle 003.

« Je tiens à vous informer qu’une réunion des professeurs du département de Langue et de Littérature françaises se tiendra demain à 15h, en salle 003. Les points à l’ordre du jour sont comme suit : Examens de fin de semestre et divers. »

Les notes prises peuvent être présentées, en style télégraphique, comme suit :

réunion professeurs Langue Littérature françaises demain 15h, salle 003 Examens

(10 Mots)

Ce qu’il faut savoir dans un discours (écrit ou oral), il y a des éléments vides (qui n’on pas de sens en eux-mêmes) comme la les articles, les prépositions, les verbes passe-partout. Il y a aussi des répétitions (des redondances). Il est vrai que les répétitions jouent un rôle essentiel dans la transmission et la compréhension du message.

La prise de notes consiste d’abord à supprimer tous les mots vides et tous les éléments qui se répètent pour n’en garder que l’essentiel (les éléments qui sont indispensable à al compréhension): le sujet, le prédicat et les mots-clés.

Exemple 2 (en style oral) :

Exemple 1 : Le télégramme

Exemple 2 : un discours retranscrit / Un discours oral

Exemple 3 : Un texte

Nous remarquons que dans les exemples supra, il y a beaucoup de répétitions et de mots ne possédant pas de sens en eux-mêmes et qu’il est possible de supprimer sans que cela affecte le sens du discours. Il faut dire aussi, que pour l’étudiant qui prend des notes (lecteur ou auditeur) ces répétitions doivent lui permettre, surtout quand il est auditeur, d’être à l’aise dans la prise de notes.

À la question : « Que noter », on répond : l’essentiel. En effet, dans un discours (écrit ou oral), tous les mots n’ont pas la même valeur. Il y a des mots qui possèdent un sens en eux-mêmes, d’autres un peu moins, d’autres non.

Supprimer les mots qui ne possèdent pas de sens en eux-mêmes et dont la suppression n’affecte en rien la compréhension de la phrase ou du texte. C’est le cas notamment :

  • des articles ;
  • des prépositions ;
  • des verbes passe-partout : être, avoir, dire, etc. ;
  • des digressions, des commentaires, etc.

Après avoir abrégé verticalement le texte en supprimant les détails, on doit noter l’essentiel en adoptant un style télégraphique. Pour cela, les éléments restants doivent eux aussi être abrégés.

Faut-il ne noter que des mots isolés ?

Tout dépend du but de la prise de notes. Si le but est simplement de se rappeler des « concepts », « faits », « noms », etc. pour pouvoir les développer ou rendre de manière littéraire par la suite, dans ce cas, il faut noter des mots isolés. Donnons un exemple !

Pierre a un exposé à présenter sur un sujet donné. Dans ce cas, il est amené à faire des recherches pour recueillir des informations lui permettant de mener à bien son travail. Dans ce cas, la prise de notes qu’il aura à effectuer ne sera pas par mots isolés mais plutôt par phrases complètes, étant donné qu’il aura à noter des définitions, exemples significatifs, des statistiques, des « citations » pour étayer son exposé, etc.

Le jour où il va présenter en public son travail, il peut effectuer une autre prise de notes dont l’objectif, cette fois-ci, est seulement des noter des « mots » lui servant de « pense-bête » pour ne pas oublier.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que si l’on veut garder une trace des mots que l’on souhaite développer, on peut des noter par mots isolés. Si, par contre, notre but est de recueillir des informations sur un sujet que l’on ignore, dans ce cas, la prise de notes par mots isolés n’aurait pas beaucoup d’importance.

Rendre compte de la structure du discours

Il ne suffit pas seulement de conserver les points essentiels, mais il faut aussi conserver et mettre en lumière les relations qu’ils entretiennent dans le texte. Dit autrement : Prendre des notes, c’est aussi repérer, dégager, restituer la structure du discours ou son organisation logique.

Pour cela, il s’agit d’abord de comprendre l’organisation du texte et encadrer les mots-outils qui assurent l’articulation de ses différentes parties. Ces mots-outils sont :

  • les indicateurs de temps (organisent les éléments d’un récit) ;
  • les indicateurs de lieu (organisent les éléments d’une description) ;
  • les connecteurs logiques (organisent les éléments d’une argumentation) : ce sont des mots qui indiquent une relation logique (addition, opposition, cause, conséquence, comparaison, adjonction).

Il faut aussi être attentif aux éléments (ou phrases) de transition comme : Il convient d’ajouter que…, On peut également considérer …, etc.

On comprend alors que dans un texte, les idées se développent, les arguments se succèdent, les exemples, les événements se succèdent selon un enchaînement qu’il convient de restituer.

1.2_ Abrègement horizontal

1.2.1._ Abrègement à l’échelle du mot :

Utilisation des symboles

SIGNES SIGNIFICATIONS POSSIBLES
1 Un, une 
§ Paragraphe
W Travail
+ Plus 
_ moins
Plus ou moins 
Supérieur 
inférieur 
= Égale à, équivaut à
 (ensemble vide) Aucun, rien 
//  Parallèlement, par rapport 
Venir de, avoir pour origine, pour cause
Avoir pour conséquence, entraîne, en résulte 
Différent, n’est pas
À peu près, environ
Il existe, on trouve / Il n’existe pas, on ne trouve pas
Appartient à, fait partie de / n’appartient pas
Etc.  

Exercices

….

Utilisation des abréviations

Faute de signes disponibles, on peut toujours abréger des mots.

Omission des lettres dans un mot

_ Omission de OU 

Nous, vous : ns, vs

Pour, tour : pr, tr

Tout, toute, tous, toutes : tt, tte, ts, ttes

Toujours : tjrs

Vouloir, pouvoir : vloir, pvoir

_ Suppression des sons nasalisés

Avant : avt

Beaucoup : bcp

Dont, donc : dt, dc

Sans, sont : ss, st

Long : lg

Temps, longtemps : tps, lgtps

_ Omission des voyelles et de quelques consonnes d’un mot

Développement : dvlpt ;

Gouvernement : gvt ;

Mouvement : mvt ;

Nouveau, nouveaux : nv, nvx

Parfois : pfs

Quelquefois : qqf

Quelque : qq

Quelqu’un, quelque chose : qqn, qqch.

Pendant : pdt

Problème, problématique: pb, pbtique ;

Conséquence : csq

Rendez-vous : r-d-v

C’est-à-dire : c.à.d.

Nombre, nombreux : nb, nbx ;

Quantité : qté

Souvent : svt

_ Remplacer les mots se terminant par _tion par t°

Nation : nat°

Organisation : Organisat°

Portion : Port°

Etc.

Exercices

….

1.2.2._ Abrègement à l’échelle de la phrase:

_ Nominalisation

La nominalisation est un procédé lexical qui consiste à transformer un verbe ou un groupe verbe en un nom ou un groupe nominal sans que cela n’affecte, bien entendu le sens.

Exemples :

Organiser à organisation à organisat°

Développer à développement à dvlpt

Produire à production à prdct°

Exemples

Utilisation de l’hyperonyme (ou « nom générique)

Définition + Exemples

+ Exercices

Utiliser un terme générique ou un concept de recouvrement.

Exemple :

Le bus, l’avion, le train, le métro => Les transports en commun

Ordinateur de bureau, PC portable => L’outil informatique

Notez bien :

La prise de notes est une activité personnelle. Les notes ne sont, en principe, destinées qu’au seul usage de celui qui les prend. Celui-ci est donc libre de choisir les abréviations, les symboles qui lui conviennent, mais à condition que les abréviations et les signes retenus aient un sens et soient toujours les mêmes.

2_ Reformulation et omission de mots

La prise de notes ne consiste pas seulement en l’omission des détails mais aussi en la reformulation de l’information retenue comme importante, tout en adoptant un style télégraphique. Par mi les procédés utilisés pour cela, figurent :

_ La nominalisation : la transformation des groupes verbaux en groupes nominaux. Ce procédé lexical qu’est la nominalisation, permet de condenser, synthétiser l’information. Exemples :

Trouver le mot juste (exact) pour éviter es mots passe-partout.

Exemples

Il y a —– il existe

Il a ——- il possède, détient

Maison —– habitation, logis, pavillon abri, résidence, foyer, etc.

Remplacer les périphrases par le mot juste

Celui qui lit —— le lecteur

Celui à qui je m’adresse —- mon interlocuteur

Celui qui a gagné ———- le gagnant.

Noter mot à mot

Il est des situations où l’on est amené à noter mot à mot. C’est justement quand on a  affaire à :

  • des définitions ;
  • des citations ;
  • ou des formules que l’on souhaite conserver telles quelles.

Bien entendu, tous ces éléments seront placés entre guillemets.

La question des exemples

La question se pose surtout quand on a affaire à plusieurs exemples. Et la question : peut-on garder ou éliminer ces exemples. Un exemple sert généralement à illustrer une idée. S’il se trouve qu’il y a plusieurs exemples illustrant la même idée, il conviendra de ne retenir qu’un exemple, celui qui soit le plus significatif et le plus évocateur.

Quelques conseils pratiques

Il faut aussi penser à :

  1. Écrire seulement au recto ;
  2. Dater les pages ;
  3. Indiquer les circonstances de la prise de notes (réunion, exposé, conférence, enquête, séminaire, etc.) ;
  4. Aérer la mise en page (laisser des espaces blancs entre les paragraphes et les parties) pour se repérer facilement dans les notes. Ce procédé favorise largement la mémoire.
  5. Sauter une ligne en passant d’une idée à l’autre ;
  6. Laisser un double espace blanc entre les parties ;
  7. Chaque paragraphe ne doit contenir qu’une idée et une seule ;
  8. Laisser une marge suffisante (à droite ou à gauche) pour pouvoir ajouter ultérieurement des informations en relation avec les notes ;
  9. Si l’on prend des notes à partir de l’oral, laisser de l’espace pour compléter un élément qui a échappé au cours de la prise de notes ;
  10. Numéroter les pages de notes ;
  11. Noter les sources, références des citations.

III) La mise « au net » des notes

La dernière étape de la prise de notes est la mise au net des notes : les informations doivent être mises en ordre, organisée pour en tirer parti, c’est-à-dire en vue d’en faciliter l’usage ultérieur (produire un texte, faire un exposé, mémoriser, etc.).

Si l’on prend des notes à partir de l’oral, on pourra relire les notes pour compléter les éléments manquants, les idées sautées ;

Ensuite, on mettra en évidence la structure du discours : par exemple en numérotant les paragraphes ou en soulignant les titres ;

Enfin, on pourra dresser des tableaux de synthèse ou dessiner des schémas en face des notes linéaires. Et ce, pour mieux maitriser le contenu et favoriser la mémoire visuelle. Les notes ordonnées sont faciles à être repérées, utilisés sans perte de temps.

(Cf. Louis Timbal-Duclaux : 44)

À retenir

Toute prise de notes notamment à partir d’un texte doit être précédée, doit résulter d’une lecture approfondie du texte ;

On doit être capable de restituer le contenu du document de départ à partir des notes relevées ;

La quantité d’information retenue doit être inférieure à celle du document de départ.

Exercices

  1. Prendre un message en notes
  2. Comprendre un texte en notes
  3. Noter les phrases suivantes en style télégraphique, de manière à ne retenir que l’essentiel, en utilisant des abréviations, signes, dessins, symboles
  4. Supprimer les articles
  5. Supprimer les verbes et employer des signes
  6. Supprimer ce qui est inutile pour le sens.
  7. Traduite le texte suivant sous forme de notes : il s’agit de retrouver le plus fidèlement possible à partir des notes le texte original.
  8. Même exercice à partir d’un enregistrement audio ou vidéo. NB. L’écoute ne doit être faite qu’une seule fois.

DES ABRÉVIATIONS CONVENTIONNELLES

Monsieur Messieurs Madame Mesdames Mademoiselle Mesdemoiselles M. MM. Mme Mmes Mlle Mlles Professeur Docteur Maître   Prof. Dr Me
Avenue Arrondissement Route Boulevard Av. Arr. Rte Bd Bâtiment Passage Quai Place Bât. Pas. Qu. Pl.
Nord Sud Est Ouest N S E O Nord-Est Sud-Ouest Nord-Ouest Sud-Est N.E S.O N.O S.E
Exemple Article Chapitre Fascicule Ex. Art. Chap. Fasc. Figure Page Paragraphe Volume Fig. P. § Vol.
Confer Nota bene Et cetera Cf. NB. Etc. Idem / identique Annexe Post scriptum Id. Ann. PS
       

Références

Brigitte CHEVALIER, Lecture et prise de notes, Nathan Université, Coll. « Méthodologie 128 ».

Louis Timbal-Duclaux, La prise de notes efficace, Paris : Retz, « Savoir communiquer », 1988.

Comment noter ?

§1. Outre la compréhension, le noteur aura à noter vite. Pour cela, le noteur doit faire usage de différents procédés abréviatifs (procédés d’abréviation) et de raccourcis syntaxiques permettant d’abréger la quantité d’information à retenir. Il doit aussi savoir mettre en forme matérielle les notes recueillies pour en tirer parti plus tard. Le noteur est ainsi soumis à plusieurs contraintes liées au temps (contraintes temporelles), à la compréhension, à l’écriture des notes et à la mise en forme matérielle de ces notes (dégager la structure du discours pris en notes et hiérarchiser les informations).

Quelques repères

Il y dans le discours des éléments textuels que l’auteur ou l’orateur donne et qui permettent d’orienter la lecture-compréhension de ce qui est écrit ou dit. Parmi ces indices figurent :

Le titre de l’article, du livre, du chapitre, de l’exposé, de la conférence, etc. ;

Les titres et les sous-titres ;

Les articulateurs (ou les connecteurs) ;

Le plan qui est généralement donné dans l’introduction ;

Il ne faut pas oublier les différents énoncés explicites qui invitent le lecteur à orienter le lecteur, à l’inciter à considérer telle ou telle phrase, ou tel concept, ou telle idée, etc.  On trouve des expressions du type : « il est important de souligner … », « ce sur quoi il faudrait insister, c’est … », etc., des indices typographiques : gras, italiques, guillemets, etc.

Il y a aussi des répétitions, surtout dans le discours oral. À travers ces répétitions, l’orateur permet aux auditeurs de saisir, comprendre et de noter l’essentiel.

§2. Procédés abréviatifs

vu que les notes sont, en général, destinées à celui qui les prend, le noteur est libre de se construire son propre système d’abréviation. Toutefois, il est utile de connaître certains procédés abréviatifs :

Troncature de la fin : Univ. (Université), Fac. (Faculté) ;

Début-fin : Ms (Mois) ;

Troncature contre : indlle ;

Troncature complexe : chaq ;

Charpente de consonnes : bcp. (beaucoup), tjrs (toujours) ;

§3. Procédés substitutifs

Symboles mathématiques : (+, =) ;

Symboles iconiques : __> ;

Symboles gréco-alphabétiques : Ψ, π, φ ;

§4. Style télégraphique

Noter dans un style télégraphique permet d’éviter de noter par phrases complètes, c’est-à-dire la mise en forme syntaxique des énoncés. Dans ce cas, il s’agit de supprimer tous les mots qui ne possèdent pas de sens en eux-mêmes et dont la suppression n’affecte pas le sens de l’énoncé.

§5. Mise en forme matérielle des notes

Il s’agit de gérer l’espace de la feuille et de l’ensemble des informations en appliquant une méthode de prise de notes.

« Pour noter leurs cours, la plupart des étudiants soucieux d’être fidèles aux propos de l’enseignant qu’ils restitueront en examen, recourent principalement à une méthode linéaire qui donne aux notes une apparence textuelle classique. » (Piolat : 209).


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc

One reply on “Techniques de prise de notes”