Categories
Billets

Prise de notes: présentation théorique

0. Constat

Les bacheliers qui arrivent à l’Université trouvent, généralement, des difficultés à s’adapter à un rythme de travail différent et auquel ils n’étaient pas habitués, du moins en partie.

À l’université, les professeurs ne sont pas censés dicter les cours. Les étudiants sont alors tenus de compter sur eux-mêmes. Ils doivent alors prendre des notes. Mais, on serait tenté de dire que la prise de notes, ce n’est pas sorcier, tout le monde en prend notamment dans la vie quotidienne.  Mais, la prise de notes telle qu’elle est ou doit être pratiquée à l’université demande à la fois un apprentissage méthodique et un entrainement régulier.

I. La prise de notes : définition

On serait tenté d’assimiler la prise de notes à la prose de Monsieur Jourdain, vu le temps que chacun passe à prendre des notes sans, peut-être, s’en rendre compte. On prend, en effet, des notes de façon systématique, presque spontanément chaque jour, chez soi, au bureau, à l’école, etc. On en prend pour faire des courses, pour voyager, pour organiser un événement (anniversaires, fiançailles, etc.). Tout porte à penser que la prise de notes est une activité des plus banales. Par conséquent, il ne serait pas besoin que cela soit l’objet d’un enseignement. De plus, la mission de l’école n’est pas de faire apprendre ce que l’on sait déjà faire par soi-même. Or, la prise de notes telle qu’elle peut se pratiquer dans la vie quotidienne et la pratique scolaire de la prise de notes sont-elles la même chose ? De plus, la mission de l’école n’est-elle pas aussi de faire apprendre ce que l’on fait sans vraiment le savoir ? De plus, si le principe qui sous-tend la prise de notes (que ce soit à l’école ou en dehors de l’école) est le même, la démarche, elle, est différente. Sans doute la prise de notes, telle qu’elle est ou telle qu’elle doit être pratiquée à l’école, à l’université ou sur le lieu du travail, demande-t-elle à la fois un apprentissage méthodique et un entraînement régulier.

On peut prendre des notes à partir d’un discours oral (cours, exposé, conférence, etc.), d’un écrit, d’une observation (enquête, mission, excursion, stage, etc.). On peut aussi prendre des notes à partir de ses propres pensées (impressions, une idée, etc.). Mais que veut dire la prise de notes ?

I.1. Ce que la prise de notes n’est pas

Nous citons en guise d’introduction une « expérience fascinante » évoquée par Timbal-Duclaux, dans son livre (La prise de notes efficace[1]), et qui en dit long sur l’importance de la prise de note et son principe même :

«  Une expérience fascinante

Voici une expérience assez facile à réaliser et qui marche à tous les coups. Elle montre à quel point un but clair et bien défini est essentiel à la prise de notes et à la mémorisation. Et cela quel que soit par ailleurs ce but.

Le professeur ou l’animateur divise sa classe en deux groupes égaux d’élèves de même niveau, qu’il réunit séparément.

– Au premier groupe (qui est le groupe témoin), il déclare simplement qu’une interrogation écrite aura lieu après le cour pour vérifier les connaissances acquises.

– Au second groupe, il dit la même chose ; mais il ajoute que les élèves doivent particulièrement se concentrer, dans leur écoute et prise de notes, sur 2 ou 3 points clés important qu’il énumère.

La fin du cours arrive et le professeur donne le sujet de l’interrogation écrite. Stupeur et indignation dans les rangs du second groupe : le sujet proposé ne fait pas partie des 2 ou 3 sujets considérés comme « importants » ! Ces élèves s’estiment lésés par rapport à ceux qui ont reçu la consigne de « tout prendre » ! Ils accusent le professeur de leur avoir tendu un piège ! Mais ce dernier reste de marbre et maintient l’interrogation …

Nouvelle stupeur à la remise des copies ! Les élèves du second groupe obtiennent des notes meilleures que celles du premier ! Et cela de manière significative : on trouve facilement de 2 à 5 points d’écart entre les deux moyennes !

C’est là alors que le professeur dévoile le sens de l’expérience. Le premier groupe qui croyait, de bonne foi, « tout noter », n’a fait qu’une prise de notes passive et assez médiocre. Car il notait pour noter, sans but bien défini. Le second groupe, qui écoutait et notait en fonction d’objectifs bien définis, a réalisé un bien meilleur travail. Non seulement il avait mieux assimilé les 2 ou 3 points clefs en question, ce qui est normal, mais encore, dans la foulée, tout le reste du cours ! Ceci est paradoxal mais, à la réflexion, ne devrait pas étonner, quand on sait comment l’esprit travaille ; quand on sait les vertus de l’attention et de la concentration »[2].

Que faut-il retenir de cette expérience ? 1° D’abord, un discours oral (exposé, conférence, cours, etc.) ou écrit (article, livre, etc.) comporte un certain nombre d’éléments qui n’on pas le même degré d’importance. 2° Ensuite, la prise de notes ne consiste pas en une retranscription (quasi-) intégrale du propos. Prendre des notes n’est pas tout prendre. Si c’était le cas, il serait plutôt préférable de se servir des moyens techniques, très sophistiqués, dont on dispose de nos jours tels que les enregistreurs audio (dictaphone) ou audiovisuels (caméra) ou la photocopie qui permettent de « tout prendre » : tout enregistrer, tout filmer ou tout photocopier.

Vouloir tout noter, surtout à partir d’un support oral, est une véritable gageure. En effet, on prononce en moyenne 150 mots par minute, alors qu’on ne peut en retranscrire que 20 à 40. Même si le conférencier ralentit volontairement son débit et le noteur double sa vitesse d’écriture, en faisant usage de divers procédés abréviatifs et substitutifs, ce dernier ne peut noter qu’environ 60 à 80 mots par minutes. En tout cas, il est loin des 100%[3].

3° Tout noter, c’est à peu près la même chose que le fait de ne rien noter. « Tout prendre, c’est ne rien prendre[4] », écrit Timbal-Duclaux. Celui qui cherche à tout noter, se livre à un travail mécanique, très pénible de copiste, car il pense que cela lui sera profitable plus tard ». En procédant ainsi, le « noteur » ne prend pas de notes, il recopie seulement ce qu’il lit, retranscrit ce qu’il entend. La vraie prise de notes est alors reportée à plus tard.

4° « Prendre des notes » sans rien comprendre n’est que perte de temps et d’énergie. Prendre des notes sans que l’esprit, sans que l’intelligence s’en mêle fait que tout devient si « important » que l’on se croit obligé de tout prendre (Cf. Timbal-Duclaux : 18). En remettant à plus tard ce travail nécessaire de l’intelligence, on repousse la prise de note au sens strict à plus tard. La compréhension et la prise de notes étant étroitement liées et solidaires.

Dans tous les cas, on est loin du principe même de la prise de notes : noter ce qui est important et élaguer ce qui est accessoire. Prendre des notes, c’est retenir les informations pertinentes. On ne note pas l’information en soi, mais la valeur qu’elle représente soit pour le noteur, soit dans l’économie générale du texte soit les deux à la fois. Or, pour connaitre la valeur d’une information, il faut d’abord la décoder et en saisir le sens (comprendre le message qu’elle véhicule).

I.2. Ce que la prise de notes est

1° La prise de notes est une activité qui consiste, pour le noteur, à marquer ce qu’on juge digne d’intérêt pour en garder une trace écrite. On peut noter (consigner, enregistrer, marquer, écrire pour mémoire) une adresse, un numéro de téléphone, etc., comme on peut noter « les passages intéressants d’un livre, les cocher, les souligner, les passer au surligneur » (Le petit Robert, art. « Noter »). La prise de notes est, par définition, sélective. Prendre des notes, c’est noter, consigner, retenir l’essentiel : « Il est déjà facile de voir que la prise de notes doit se tenir à mi-chemin entre ce « tout » et ce « rien » : bien noter n’est pas tout noter, ni rien noter, mais noter l’essentiel. »[5].

Mais qu’est-ce qui est essentiel ? Qu’est-ce qui n’est pas essentiel ? Sur la base de quel critère peut-on faire la part des choses entre ce qu’il est utile de noter (l’essentiel) et ce qu’il faut élaguer (l’accessoire) ?

2° La prise de notes : acte transitif et orienté

La prise de notes est une activité orientée vers un but. Précisons que rien n’est important en soi. Ce qui est important pour l’un peut ne pas l’être pour l’autre et vice-versa. Est donc important pour moi ce qui me permettra de résoudre un problème, de répondre à une question, de réaliser une tâche ou ce qui me permettra d’atteindre mon but, ce pour quoi je prends des notes. On aura ainsi compris que c’est le but de la prise de notes qui détermine la qualité et la quantité des informations à retenir. Dans une production langagière (orale ou écrite), on peut trouver des informations de toutes sortes : des affirmations, des exemples, des explications, des rappels, des hypothèses, des conclusions, etc. Toutes ces informations n’auront pas la même importance, la même valeur pour le noteur selon le but qu’il se fixe. Comme disait Pline : « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas le port où se diriger. »

Prendre des notes est, d’abord, un acte « transitif » dans la mesure où il est orienté vers un objet (car on prend bien en notes quelque chose). Il s’agit aussi d’un acte orienté vers un but. Le plus important n’est pas seulement la prise de notes mais aussi et surtout le but auquel elle mène. « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas le port où se diriger. », comme disait Pline.

I.2.2. Prendre des notes, c’est d’abord comprendre

« Les notes servent, même si on ne s’en sert pas » (dicton). Cela signifie que « le plus essentiel dans la prise de notes, ce ne sont pas tellement les notes elles-mêmes, ces traces sur le papier, que le travail intellectuel d’assimilation accompli pour les prendre. Ce travail consiste à séparer l’essentiel de l’accessoire, pour ne garder que cet essentiel. » (Timbal-Duclaux : 19, c’est l’auteur qui souligne). Ce qui est important dans la prise de notes, ce sont, certes, les notes que l’on prend, mais surtout le chemin qui y mène[6]. En effet, la prise de notes exige un grand effort de concentration et un effort de synthèse considérable. C’est cela justement qui permet de comprendre, d’assimiler et partant de retenir l’essentiel de ce qui a été dit et/ou écrit. Les notes ainsi prises, par le noteur, ne sont pas seulement sauvegardées sur son bloc-notes, mais surtout gravées dans son esprit. Le travail de l’esprit engagé dans la prise de notes est sinon plus du moins aussi important que les notes elles-mêmes.

Ce qu’on retient, lors de la prise de notes, c’est moins l’information en tant que telle (ou l’information en soi), mais sa valeur, ce qu’elle représente pour le noteur. Dire que l’information vaut quelque chose, c’est dire aussi que toutes les informations ne se valent pas et que leur valeur est variable. Cette valeur varie (différemment) selon le sens qu’elle a / peut avoir pour le noteur (ou l’interprétant). En fait, une information peut être soumise à plusieurs interprétations et n’aura donc pas la même valeur selon les noteurs.

Il n’y a point de prise de notes si l’on ne sait pas ce qu’on veut et si l’on ne comprend pas ce que l’on retient. La compréhension est la condition préalable d’une prise de notes structurée et porteuse de sens. LA COMPRÉHENSION D’ABORD. LES ÉTUDIANTS DOIVENT ABSOLUMENT COMPRENDRE CELA. Une fois qu’on l’a compris, il est possible de doter les étudiants d’outils et de techniques leur permettant de retranscrire rapidement et efficacement le contenu du propos[7].

3° Toute prise de notes suppose le travail de l’intelligence. Si l’on admet que la prise de notes consiste à retenir des ÉLÉMENTS d’information (tel au juste le sens du mots « notes » dans « la prise de notes »), est-il possible de saisir la valeur de chacun des éléments sans avoir saisi le sens du tout en tant que tout ? La réponse est NON. Timbal-Duclaux affirme, justement, que « le plus essentiel dans la prise de notes, ce ne sont pas tellement les notes elles-mêmes, ces traces sur le papier, que le travail intellectuel d’assimilation pour les prendre. »[8]. En d’autres termes, ce qui est important dans la prise de notes, ce n’est pas la prise de notes elle-même, mais le chemin qui y mène. « Ce n’est pas le but de la promenade qui est important mais les petits pas qui y mènent », selon un proverbe chinois. La prise de notes exige un effort de concentration et de synthèse considérable. C’est cela qui permettra au noteur de comprendre, d’assimiler et de retenir ce qu’il juge important. Les notes ainsi prises, par le noteur, ne seront pas seulement sauvegardées dans son bloc-notes, mais surtout gravées dans son esprit. Le travail de l’esprit engagé dans la prise de notes est sinon plus du moins aussi important que les notes elles-mêmes.

La compréhension, l’assimilation d’abord. On ne cesse jamais de la rappeler. Une fois qu’on a compris cela, on peut s’arrêter sur les outils techniques permettant de prendre des notes assez rapidement. Ce n’est pas, dans un premier temps, la rapidité qui compte mais l’efficacité.

Pour noter, il faut assimiler ce qui est à noter. Mais de quoi « assimilation » est-il ne nom ?

 Assimiler vient du latin ad-simile signifiant : rendre semblable à soi. L’analogie classique entre la nourriture corporelle et la nourriture spirituelle va nous permettre de saisir le sens du verbe « assimiler ». « D’abord il est clair que, sauf cas particulier, je ne peux pas avaler pommes de terre, choux, navets, carottes … tels qu’ils sortent de terre ! Il faut leur faire subir une préparation : lavage, épluchage, cuisson, etc. C’est le travail du cuisinier.

Ensuite, c’est loin d’être terminé : entre mon assiette et mon intestin, ces aliments vont subir progressivement un double traitement : mécanique et chimique.

En fin de parcours, tout ce qui ne sera pas assimilable sera rejeté au dehors … Il en va de même pour ces nourritures de l’esprit. Sans doute un bon pédagogue, orateur ou auteur, semblable à un bon cuisinier, peut nous faciliter la tâche en nous épargnant le travail de préparation, en nous fournissant des nourritures assimilables. Reste que, fondamentalement, il n’y a que nous qui puissions incorporer ces éléments étrangers à notre propre corps. Et cela demande un processus d’analyse-synthèse assez considérable : un véritable travail. ». Et L’auteur d’ajouter que la « prise de notes, suivie d’une ou plusieurs mises au point et révisions, constitue très exactement ce travail. Et de même que la digestion comporte une double face, matérielle et spirituelle : la trave et le travail de l’esprit qui lui est lié. En révisant ces notes, l’esprit révise son propre travail. »[9]

Que veut dire « noter l’essentiel » ?

§1. Prendre des notes n’est ni recopier un texte ni retranscrire un discours oral ni filmer un événement quelconque. Prendre des notes, c’est noter l’essentiel. Pour cela, il faut avoir une idée claire sur l’usage que l’on souhaite faire des notes que l’on prend. Noter, c’est toujours noter en fonction d’un but, d’un projet, d’une fin. C’est le but qui détermine ce qui est essentiel de ce qui ne l’est pas.

§2. Mais, pour parvenir à distinguer l’information essentielle de celle qui ne l’est pas, il faut comprendre ce qu’on lit, ce qu’on entend ou ce qu’on voit. Sans la compréhension, on sera amené soit à tout « noter » (ce qui n’est pas de la prise de notes), soit à ne rien noter (dans ce cas, il n’y a pas de prise de notes).

L’essentiel, c’est ce qu’on a lu, entendu, compris et que l’on juge, de ce fait, comme étant en rapport direct ou indirect avec le but de la prise de notes.

On serait tenté d’assimiler la prise de notes à la prose de Monsieur Jourdain de Molière, vu le temps que chacun passe à prendre des notes sans, peut-être, s’en rendre compte. On prend des notes chez soi, au bureau, au marché, etc. On en prend pour faire des courses, pour voyager, organiser un événement (anniversaire, fiançailles, etc.). Or, si nous prenons tous des notes, si nous le faisons de façon systématique, presque spontanément chaque jour, chaque heure ; il n’en est pas le cas quand il s’agit de prendre des notes à l’école, à l’université ou en milieu professionnel. Si le principe en est partout le même, la démarche, quant à elle, est différente. Aussi la prise de notes telle qu’elle est ou doit être pratiquée à l’école ou à l’université ou encore sur le lieu du travail demande-t-elle à la fois un apprentissage méthodique et un entrainement régulier.

I. La prise de notes : Rappels

I.1. Ce que la prise de notes n’est pas

Nous citons, à titre d’introduction, une « expérience fascinante » qui en dit long sur l’importance mais aussi sur le principe même de la prise de notes :

« Une expérience fascinante

Voici une expérience assez facile à réaliser et qui marche à tous les coups. Elle montre à quel point un but clair et bien défini est essentiel à la prise de notes et à la mémorisation. Et cela quel que soit par ailleurs ce but.

Le professeur ou l’animateur divise sa classe en deux groupes égaux d’élèves de même niveau, qu’il réunit séparément.

_ Au premier groupe (qui est le groupe témoin), il déclare simplement qu’une interrogation écrite aura lieu après le cours pour vérifier les connaissances acquises.

_ Au second groupe, il dit la même chose ; mais il ajoute que les élèves doivent particulièrement se concentrer, dans leur écoute et prise de notes, sur 2 ou 3 points clés « importants » qu’il énumère.

La fin du cours arrive et le professeur donne le sujet de l’interrogation écrite.

Stupeur et indignation dans les rangs du second groupe : le sujet proposé ne fait pas partie des 2 ou 3 sujets considérés comme « importants » ! Ces élèves s’estiment lésés par rapport à ceux qui ont reçu la consigne de « tout prendre » ! Ils accusent le professeur de leur avoir rendu un piège ! Mais ce dernier reste de marbre et maintient l’interrogation …

Nouvelle stupeur à la remise des copies ! Les élèves du second groupe obtiennent des notes meilleures que celles du premier ! Et cela de manière très significative : on trouve facilement de 2 à 5 points d’écart entre les deux moyennes !

C’est alors que le professeur dévoile le sens de l’expérience. Le premier groupe qui croyait, de bonne foi, « tout » noter, n’a fait qu’une prise de notes passive et assez médiocre. Car il notait pour noter, sans but bien défini. Le second groupe, qui écoutait et notait en fonction d’objectifs bien définis, a réalisé un bien meilleur travail. Non seulement il avait mieux assimilé les 2 ou 3 points clés en question, ce qui est normal, mais encore, dans la foulée, tout le reste du cours ! Ceci est paradoxal mais, à la réflexion, ne devrait pas étonner, quand on sait comment l’esprit travaille ; quand on sait les vertus de l’attention et de la concentration. » (Timbal-Duclaux : 15-16, c’est l’auteur qui souligne).

Que faut-il retenir de cette expérience ?

La prise de notes ne consiste pas en une retranscription (quasi-) intégrale du propos, c’est-à-dire qu’elle ne consiste pas à tout « noter », c’est-à-dire à tout prendre. Si c’était le cas, il serait plutôt préférable de se servir des moyens techniques, très sophistiqués, dont on dispose de nos jours tels que les enregistreurs audio (un dictaphone) ou audiovisuel (une caméra) ou la photocopie qui permettent de « tout prendre » : tout enregistrer ou tout filmer et ou encore tout photocopier.

Vouloir tout noter, surtout à partir d’un support oral est une véritable gageure, une sorte de mission impossible car on prononce en moyenne 150 mots par minute, alors que l’on ne peut en écrire que 20 à 40. Même si l’orateur ou le conférencier ralentit volontairement son débit et que le noteur double sa vitesse d’écriture, en faisant usage des divers procédés abréviatifs et substitutifs, il ne peut noter qu’environ 60 à 80 mots par minutes. En tout cas, il est loin des 100% (Cf. Timbal-Duclaux : 17).

En outre, vouloir tout noter, c’est à peu près la même chose que vouloir ne rien noter : « Vouloir « tout » écouter, c’est ne rien écouter. Vouloir « tout » prendre, c’est ne rien prendre » (Timbal_Duclaux : 16). En effet, celui qui veut tout noter, qui ne veut rien perdre, se livre à un travail, très pénible de copiste, car il pense que cela  lui « sera profitable plus tard ». Mais, en procédant ainsi, le noteur ne prend pas de notes, il recopie ou retranscrit ce qu’il lit ou ce qu’il entend sans vraiment rien noter. Cela dit, la vraie prise de notes est ainsi reportée à une date ultérieure. Et en remettant à plus tard ce nécessaire travail de l’intelligence, il repousse ainsi la compréhension à plus tard (Cf. Timbal-Duclaux : 18). Car, ce qu’il a recopié, retranscrit, il l’a gardé sur son cahier. Il l’a noté passivement, mécaniquement sans que l’esprit, l’intelligence s’en mêle. Prendre des notes sans penser, sans rien comprendre fait que tout devient si important que l’on se croit obligé de le noter. Or, dans tous les cas, on est loin du principe de la prise de notes : on ne note que ce qu’on juge important. On ne note pas l’information en soi, mais sa valeur. Or, pour connaître la valeur d’une information, il faut d’abord la comprendre, en saisir le sens.

I.2. Ce que la prise de notes est

Comme son nom l’indique, la prise de notes est une activité qui consiste, pour celui qui la pratique, à noter, c’est-à-dire à « Marquer (ce dont ont veut garder l’indication, ce qu’on juge digne de mention) », pour en garder une trace écrite. On peut noter (consigner, enregistrer, marquer, écrire pour mémoire) une adresse, un numéro de téléphone, la date d’un rendez-vous, comme on peut noter « les passages intéressants d’un livre, les cocher, les souligner, les passer au surligneur. » (Le petit Robert, art. « Noter »). Cela dit, la prise de notes consiste à noter ce qu’on trouve digne d’attention, ce qu’on juge important, intéressant, utile, etc. Par contre, tout ce qu’on peut considérer comme n’étant pas digne d’intérêt, ce que l’on juge comme non important, inintéressant, inutile n’a pas à être noté. La prise de notes est, par définition, sélective. Elle ne consiste donc pas à tout noter, mais à noter l’essentiel[10].

Mais, qu’est-ce qui est essentiel ? Et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Sur la base de quel critère est-il possible de distinguer l’essentiel de l’accessoire ?

I.2.1. Prendre des notes en fonction d’un but

Précisons d’abord que rien n’est essentiel en soi. Ce qui est essentiel pour moi peut ne pas l’être pour l’autre. Donc, est essentiel pour moi, ce qui va me permettre de réaliser mon but, d’atteindre ce pour quoi je me mets à prendre des notes. On aura ainsi compris que c’est le but de la prise de notes qui détermine la qualité et la quantité des informations à retenir. Prendre des notes pour simplement prendre des notes serait comme celui qui parle ou qui écrit pour simplement écrire ou parler, c’est-à-dire parler ou écrire pour ne rien dire. Donc, étant donné que la prise de notes est fonction de ce que je vais en faire, je dois avoir une idée précise de ce pour quoi je prends des notes. Dans une conférence, dans un article ou dans un livre, on peut trouver beaucoup de informations : des affirmations, des exemples, des remarques, des observations, des hypothèses, des conclusions, etc. Mais, toutes ces « choses » n’ont pas la même valeur en rapport avec ce qu’on recherche, le but que l’on veut atteindre. Certaines informations sont plus importantes, donc essentielles ; d’autres le sont moins et d’autres encore ne le sont pas du tout[11]. Cela dit, selon l’objectif que le noteur s’assigne, il aura tendance à ne retenir, parmi toutes les informations qui figurent dans un texte, un exposé, que celles qui sont en rapport avec son projet. Les informations ainsi retenues sont considérées comme étant essentielles dans la mesure où elles vont lui permettre, certes, de mener à bien la prise de notes, mais aussi de réaliser le travail pour lequel il prend des notes. Ce travail peut être un exposé, un article, une expertise, un événement, etc. Il n’y a de prise de notes qu’en fonction d’un but, d’un objectif à atteindre. Par contre, en l’absence d’un objectif précis, on aurait tendance à « tout noter » de façon passive, mécanique et aléatoire, à tout recopier, à tout prendre; en d’autres termes à ne « rien » noter. En effet, la prise de notes n’est pas la transcription graphique d’un discours oral, elle ne consiste pas non plus à recopier un texte écrit. Comme son nom l’indique, la prise de notes consiste à noter non pas tout mais seulement des éléments.

II. La prise de notes : la carte et le territoire

II.1. Pourquoi la prise de notes ?

II.2. Noter pour mémoriser

II.3. Noter pour apprendre

II.4. Noter pour construire

II. La carte et le territoire

À quoi sert la prise de notes ? Pourquoi est-il utile d’apprendre à prendre des notes ?

II.1. Noter pour mémoriser:

La prise de notes sert d’abord à garder une trace écrite de ce qu’on a lu dans un texte, ce qu’on a entendu dans une conférence ou ce qu’on a vu au cours d’un voyage, une mission, un stage, une enquête, etc. La prise de notes est, en cela, un outil permettant de lutter contre l’oubli.  Ceux qui ne notent rien ou presque rien croient pouvoir faire confiance à leur seule mémoire. Mais, quelques jours, quelques semaines après, à leur grande surprise, ils s’aperçoivent sinon qu’ils ont tout oublié du moins qu’ils  n’ont qu’un vague souvenir de ce qu’ils ont cru, sur le moment, avoir mémorisé.

La prise de notes nous permet par là même d’alléger la mémoire en ne retenant que l’essentiel. Ainsi, la prise de notes nous dispense, en quelque sorte, de tout mémoriser puisque la prise de notes est une sorte de seconde mémoire, une mémoire externe ou, selon l’expression de Montaigne, une « mémoire de papier ».

On prend des notes en vue d’une utilisation, exploitation ultérieure de ces notes.

II.2. Noter pour apprendre : Si l’on prend des notes, c’est d’abord pour comprendre, pour connaître. L’élève et l’étudiant est, au cours de leur scolarité ou études, amenés à réaliser des prises de notes. L’objectif étant d’assimiler le cours, l’apprendre et donc le mémoriser pour être en mesure de le restituer lors d’une interrogation ou d’un devoir. Quand on a un contrôle, un examen à passer, il suffit de reprendre ses notes, les réviser. Cette opération ne prend que peu de temps relativement au temps qui serait consacré à la (re) lecture des textes au programme si on n’avait pas pensé au préalable à effectuer une prise de notes. Cela dit, la prise de notes représente un gain de temps considérable pour les étudiants, les professionnels, les chercheurs, les autodidactes, etc.

Cf. La carte et le territoire

II.3. Noter pour construire : la prise de notes permet aussi d’élaborer une réflexion, réaliser un travail académique ou scientifique : Les notes prises ne constituent pas une fin en soi ; elles doivent permettre la réalisation de quelque chose d’autre : une fiche, un résumé, un exposé, etc. En milieu universitaire, on peut généralement prendre des notes pour réaliser un travail qui se présente, le plus souvent, sous forme d’un texte (Cf. le principe de textualité). Je peux alors prendre des notes pour réaliser une fiche de lecture ; un compte-rendu de lecture ; un rapport ; une synthèse de documents ; une dissertation ; un mémoire de recherche, etc. On peut aussi se servir des notes pour préparer un exposé, un mémoire, une thèse ou encore pour agir (organiser un événement : une fête, une réunion, un colloque, un forum, une enquête ; ou pour faire des achats). La prise de notes est en cela un écrit intermédiaire nécessaire à la réalisation de quelque chose d’autre.

Références

Brigitte CHEVALIER, Lecture et prise de notes, Nathan Université, Coll. « Méthodologie 128 ».

Louis Timbal-Duclaux, La prise de notes efficace, Paris : Retz, « Savoir communiquer », 1988.

Ministère de l’Éducation nationale (DFESCO). Accompagnement personnalisé – Prendre des notes (Juillet 2012), http://eduscol.education.fr/ressources-accompagnement-personnalise/, consulté le 08/10/2014

De la prise de notes : entre diligence & vigilance

Annie PIOLAT, « La prise de notes : écriture de l’urgence », Écriture : Approches en sciences cognitives, pp. 205-229

Ce que noter veut dire

Noter (ou prendre des notes), c’est recueillir des informations, jugées importantes par le noteur, à partir d’un discours (oral ou écrit), une observation, une réflexion, etc. La prise de notes n’est pas une fin en soi, elle est dirigée vers un but. C’est dire que la prise de notes est une activité dont la finalité n’est pas simplement de noter. On ne note jamais pour le plaisir de noter mais pour exploiter les informations notées pour faire autre chose. Se posent alors les questions suivantes :

Pourquoi notes ? En quoi la prise de notes est-elle utile ? Pourquoi l’apprentissage de la prise de notes est-il nécessaire aussi bien pour les étudiants que pour les professionnels ?

§1. La prise de notes sert d’abord à « ramasser l’information distribuée dans un livre ou dans toute autre situation dont il conviendra de se souvenir. » (Piolat : 205). Dans un document ou dans n’importe quelle situation, on trouve des informations, mais, ces informations n’ont pas toutes la même valeur. Prendre des notes sert, donc, à élaguer ce qui est facultatif et à garder une trace écrite de l’essentiel.

§2. Ensuite, la prise de notes facilite la mémorisation des informations recueillies, mais elle permet aussi d’alléger la mémoire. La fiche de notes sert ainsi d’une sorte de « mémoire de papier » selon l’expression de Montaigne, ou d’une « mémoire externe », expression que l’on emprunte à l’informatique.

§3. La prise de notes constitue aussi une mémoire interne. Piolat affirme, à ce propos, que « En étudiant l’impact des méthodes sur la mémorisation ultérieure des informations et la réussite aux examens, il a été montré que les noteurs n’apprennent pas seulement lorsqu’ils revoient leurs notes par la suite, mais mémorisent aussi en notant, surtout lorsque l’activité de compréhension est intense. » (Piolat : 210).

§4. Les notes recueillies peuvent servir d’outil de base pour produire un document (un résumé, un compte-rendu, un rapport, une synthèse, etc.) ; mener à bien un travail de recherche (un mémoire, une thèse, etc.) ; résoudre un problème ; prendre une décision et agir en conséquence. « Ces notes, écrit Piolat, au format parfois proche des brouillons, soutiendront donc un travail en cours » (Piolat : 205).

Toutefois, la difficulté que rencontrent les noteurs, c’est que la prise de notes s’effectue souvent dans des conditions qui ne sont pas confortables. En effet, quand on prend des notes à partir de ce que qu’on entend (discours oral) ou de ce qu’on voit (dans le cadre d’une enquête, par exemple), les noteurs doivent faire preuve à la fois diligence et de vigilance. Ils doivent, en d’autres termes, noter vite (en abrégeant, en réduisant les informations) et bien (en notant l’essentiel).

Résumons !

On note pour apprendre, comprendre, mémoriser, réaliser un travail en cours, résoudre un problème, prendre une décision et agir en conséquence. Pour toutes ces raisons, l’apprentissage des techniques de la prise de notes s’avère nécessaire.


[1] Timbal-Duclaux, Louis (1988). La prise de notes efficace, Retz, 1988

[2] ibid., p. 15-16, c’est l’auteur qui souligne.

[3] ibid., p.17

[4] ibid., p. 16

[5] ibid., p. 18

[6] « Ce n’est pas le but de la promenade qui est important mais les petits pas qui y mènent. » Proverbe chinois.

[7] Ministère de l’Éducation nationale (DFESCO).

Accompagnement personnalisé – Prendre des notes (Juillet 2012)

http://eduscol.education.fr/ressources-accompagnement-personnalise/, consulté le 08/10/2014

[8] ibid., p. 19

[9] ibid., p. 16

[10] « Il est déjà facile de voir que la bonne prise de notes doit se tenir à mi-chemin entre ce « tout » et ce « rien » : bien noter ce n’est pas tout noter, ni rien noter, mais noter l’essentiel. » (Timbal Duclaux : 18).

[11] Prendre des notes c’est, en outre, retenir ce qui est assimilable et rejeter au dehors, élaguer ce qui ne l’est pas. Mais, qu’est-ce qu’assimiler ?

Assimiler vient du latin ad-simile signifiant : rendre semblable à soi. L’analogie classique entre la nourriture corporelle et la nourriture spirituelle va nous permettre de saisir le sens du verbe assimiler : « D’abord il est clair que, sauf cas particulier, je ne peux pas avaler pommes de terre, choux, navets, carottes … tels qu’ils sortent de terre ! il faut leur faire subir une préparation : lavage, épluchage, cuisson, etc. C’est le travail du cuisinier.

Ensuite, c’est loin d’être terminé : entre mon assiette et mon intestin, ces aliments vont subir progressivement un double traitement : mécanique et chimique.

Et fin de parcours, tout ce qui n’est pas assimilable sera rejeté au dehors … Il en va de même pour les nourritures de l’esprit. Sans doute un bon pédagogue, orateur ou auteur, semblable à un bon cuisinier, peut nous faciliter la tâche en nous épargnant le travail de préparation, en nous fournissant des nourritures assimilables. Reste que, fondamentalement, il n’y a que nous qui puissions incorporer ces éléments étrangers à notre propre corps. Et cela demande un processus d’analyse-synthèse assez considérable : un véritable travail.

La prise de notes, suivie d’une ou plusieurs mises au point et révisions, constitue très exactement ce travail. Et de même que la digestion comporte une double face, matérielle et spirituelle : la trace et le travail de l’esprit qui lui est lié. En révisant ses notes, l’esprit révise son propre travail. » (Timbal_Duclaux : 16).


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc