Categories
Billets

Plans de textes: texte narratif

Dans le cadre du module genevois, le discours narratif est décrit comme un segment textuel monologique désignant une pluralité d’événements disjoints du monde dans lequel se déroule le procès de la communication. Il apparaît donc clairement, dans la perspective du modèle modulaire genevois, qu’une pluralité de systèmes d’informations doivent être invoquées pour définir la notion de types de discours : des catégories cognitives et configurations textuelles.

Cf. débrayage

Ce type de discours repose sur les principes référentiels suivants :

  • le principe de disjonction des mondes ;
  • le principe de chaîne événementielle culminative (le principe « d’histoire »).

En rapport au premier principe (celui de disjonction des monde), le propre de la narration, c’es qu’elle opère une disjonction entre le monde ordinaire et l’univers du discours (Deux niveaux de référence disjoint l’un de l’autre). Cela veut dire que le discours narratif renvoie à un monde spatio-temporellement et logiquement disjoint du monde ordinaire, celui dans lequel prend place l’action langagière ou le procès de récapitulation.

En outre, ce principe de disjonction des mondes ne doit pas être assimilé à la notion de « fiction » et il n’est pas spécifiquement réservé à la récapitulation des faits passés. En effet, l’on peut aussi bien représenter dans une narration un monde dont les coordonnées temporelles sont postérieures à celles du monde ordinaire.

Le principe d’histoire : le principe de disjonction des mondes ne suffit pas pour rendre compte de l’ensemble des propriétés référentielles de la narration. Aussi faut-il que l’on précise la nature du procès désigné par le type narratif. La narration suppose une progression temporelle : une transformation d’état, nouement et dénouement, une organisation événementielle causalement ordonnées.

Pourtant, si ce principe de disjonction des mondes offre l’avantage permet de mettre en évidence le fait que tout discours narratif implique un « procès de récapitulation », il ne permet pas de rendre compte de l’ensemble des propriétés référentielles de la narration. Ainsi certaines configurations sémiotiques (comme les « comptes rendus » ou les « mentions », opèrent une disjonction de leurs univers référentiels, sans pour autant constituer de véritables narrations.

En tout cas, la plupart des travaux portant sur le discours narratif invoquent, pour définir le type narratif, les notion de :

  • progression temporelle ;
  • transformation d’état ;
  • nouement et dénouement ou organisation événementielle causalement ordonnée.
  • (Cf. Fayol 1985 ; Adam 1992 et 1994)

2.1. La séquentialité narrative

« En narratvité, le souffle n’est pas confié aux phrases mais à des macro-propositions plus amples, à des scansions d’événements. »

U. Eco, 1985. Apostille au « Nom de la rose », Paris : Grasset.

Macro-propositions = super-structures

Jean-Michel Adam :

« Pour ma part, je considère le reportage (sportif ou non), le fait divers, le roman, la nouvelle, les contes (merveilleux ou grivois), le récit historique, la parabole, l’histoire drôle, le récit oral, les formes politiques (fables, paraboles ou Histoires) et publicitaires du récit, ainsi que la plupart des bandes dessinées et certains films comme des usages plus ou moins complexes d’une structure séquentielle de base : la super-structure narrative. La simple chronologie d’actes-événements constituant, elle, un cas limite : le degré zéro du récit. » (Adam : 61, c’est souligné dans le texte).

2 relations  
« relation d’insertion » La séquence insérante (par exemple la séquence narrative) encadre les séquences insérées (exemple : les séquence descriptive, explicative, etc.) « relation dominante » selon le schéma suivant :

Adam : 63-64

Plusieurs genres de discours, comme le souligne Jean-Michel Adam, relèvent de la séquentialité narrative. Toutefois, la narration, précise Adam, ne consiste pas seulement en une succession, sur le plan chronologique d’événements. La simple chronologie d’événements n’étant à la limite que « le degré zéro du récit » (J.-M. Adam : 61). Dans Lector in fabula (1985, p. 141), U. Eco exclut du champ de la narrativité le texte suivant :

« Hier je suis sorti de chez moi pour aller prendre le train de 8h30 qui arrive à Turin à 10h. J’ai prix un taxi qui m’a amené à la gare, là j’ai acheté un billet et je me suis rend sur le bon quai ; à 8h20 je suis monté dans le train qui est parti à l’heure et qui m’a conduit à Turin. » (cité par Adam : 61)

Le narrateur raconte en détail ce qu’il a fait pour se rendre à Turin. Nous avons affaire à une chronologie stricte d’événements plutôt qu’à une narration, à tel point qu’on serait tenté de dire « Et alors ? ». En effet, toute narration comporte une dimension évaluative évidente, c’est-à-dire une « fin-finalité » sous forme de « morale », formulée de façon explicite ou implicite. Tel n’est pas le cas dans ce récit. Par conséquent, ce texte est, somme toute, « un bon exemple de degré zéro du narratif ou plutôt de description d’action ». (Adam : 61)

« Dans cette perspective, la séquentialité narrative correspond à une structure hiérarchique globale (schéma 2 et 3) qui confère aux différents événements (même si leur ordre chronologique est déconstruit en surface) une certaine valeur différentielle (…) », Adam : 61

SCHEMA, p. 62

La Super-structure narrative (Ssn) se décline ? en 5 macro-propositions narratives (Pn) présentée dans le schéma ci-dessus dans l’ordre chronologique. Adam précise que sur les 5 macro-propositions , 2 sont facultatives à savoir la Pn3 et la Pn4 : « (l’une étant déductible de l’autre ) ».

État 1          Transformation d’état Etat final

Progression temporelle

Nouement et dénouement (organisation événementielle causalement ordonnée)

Cf. Fayol 1985 ; Adam 1992 et 1994)

Selon J.-M. Adam, c’est le sens configurationnel qui fait qu’un récit d’événements soit narratif. Ce sens configurationnel est la moralité contenue dans l’histoire. Dans son discours du prix Nobel, Claude Simon n’hésite pas à affirmer que :

« C’est le récit qui est tiré de la moralité. Pour le fabuliste, il y a d’abord une moralité (…) et ensuite seulement l’histoire qu’il imagine à titre de démonstration imagée, pour illustrer la maxime, le précepte ou la thèse que l’auteur cherche par ce moyen à rendre plus frappants. » (Adam : 62)

Cf. Le sens configurationnel

Une chronologie événementielle où le sens configurationnel est absent ne peut pas être considéré comme un récit. Le sens configurationnel « résulte du passage de la séquentialité narrative chrono-logique des événements au TOUT dans ses dimensions argumentative et sémantique. Retenons que l’ordre même de la séquentialité narrative favorise le passage de la succession chrono-logique à la configuration ; la séquence narrative est donc inséparable d’un ordre configurationnel que la simple chronologie d’actes-événements ne marque en aucune manière ». (Adam : 63)


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc