Categories
Billets

Plans de textes: hétérogénéité compositionnelle

Activité langagière : activité libre et contraignante

Toute production langagière (orale ou écrite) dit quelque chose de quelque chose ; a un type et un genre et se construit suivant un plan. Toute activité langagière est à la fois libre et contraignante.

Citons, pour commencer Mikhaïl Bakhtine qui affirme que : « L’énoncé, dans sa singularité, en dépit de son individualité et de sa créativité, ne saurait être considéré comme une configuration absolument libre des formes de langue. », M. Bakhtine (1984). Esthétique de la création verbale, Paris : Gallimard, p. 287.

Jamais deux individus n’expriment la même idée de la même façon. Toute production langagière est, d’une manière ou d’une autre, une création singulière, originale. Pourtant, un énoncé n’est jamais une combinaison aléatoire des formes de langue car il doit être, pour faire sens, construit de façon organisée. Un énoncé est donc une construction réglée ; et toute production langagière est le résultat d’une activité contraignante. Jean-Michel Adam  Distingue trois types de contraintes : a) contraintes discursives (les règles des genres), b) contraintes textuelles (« liées à l’hétérogénéité de la composition ») et c) contraintes locales d’une langue donnée (« plans phoniques et (ortho)graphique, lexical, grammatical, sémantico-logique). (Adam : §2)

Un TEXTE est donc « une configuration réglé par divers modules ou sous-systèmes  en constante interaction ». Les trois premiers (,  et ) rendent compte de l’organisation pragmatique du discours, alors que les deux derniers B1 et B2 montrent que le discours ne consiste pas en suite aléatoire de propositions. (Cf. Adam : §4)

Ces différents plans d’organisation de la textualité montrent à quel point le TEXTE est, sur le plan compositionnel, un objet extrêmement hétérogène et complexe. Pourtant, il forme un tout solidaire et cohérent (sur le plan sémantique). Les textes, considérés du point de vue compositionnel, se distinguent les uns des autres, non seulement entre les récits et les descriptions, mais même d’un récit à l’autre, et d’une description à l’autre il y a des différences notables. Chaque production langagière est, d’une certaine, manière singulière, originale. Pourtant, les productions langagières ne sont pas radicalement différentes les unes des autres. D’une séquence descriptive à l’autre, par exemple, il est aisé de repérer des caractéristiques linguistiques communes qui font qu’elles se ressemblent en quelque sorte. Ce sont ces caractéristiques qui font qu’il est possible de ranger les différentes productions langagières dans des catégories, des types.

Jean-Michel Adam distingue trois types de contraintes :

  • contraintes discursives (celles des genres) ;
  • contraintes textuelles
  • contraintes locales d’une langue donnée.

Distinction préalable : Type vs genre

Un genre de discours ne peut pas se définir en soi, mais toujours relativement au lieu depuis lequel il a été produit (formations discursives journalistique, religieuse, etc.), contexte de production, intentions et visées ou enjeux de communication). Il y aurait donc autant de formations discursives que de discours. D’ailleurs parle-t-on souvent de discours politique, de discours religieux, de discours littéraire, etc. Plus encore, dans le cadre de chaque formation discursive est produite une pluralité de genres de discours. Dans le cadre de la formation discursive littéraire sont produit des discours relevant des genres comme le poème, le théâtre, le roman, la nouvelle, etc. À l’intérieur de chaque genre littéraire, il est possible d’identifier des sous-genres comme, par rapport au genre roman, le roman historique, le roman de science-fiction, le roman à thèse, etc. Dans tous les cas, ce sont des considérations extra-linguistiques qui sont invoquées pour définir un genre de discours.

« On parlerait ainsi de discours politique, de discours publicitaire, de discours littéraire, de discours scientifique, religieux, juridique ou encore journalistique. De plus, une réflexion typologique sur les discours me paraît devoir prendre en compte les GENRES DU DISCOURS et considérer le poème, la pièce de théâtre et le roman comme des genres du discours littéraire ; la parabole, l’hagiographie, la prière, l’homélie et le sermon comme des genres du discours religieux ; le fait divers, le reportage, l’éditorial et la brève comme des genres du discours journalistique ; l’article de loi et le plaidoyer comme des genres du discours juridique ; etc. » (J.-M. Adam, 54, c’est souligné dans le texte).

Il en va autrement pour les types de textes. Ceux-ci sont susceptibles de faire l’objet d’une approche linguistique. Il ne sera donc d’introduire un point de vue étranger à la linguistique.

La notion de genre de discours désigne à la suite de Bakhtine (1984) l’ensemble des pratiques discursives attestables dans une collectivité ou dans le cadre d’une formation discursive (religieuse, politique, … journalistique.

De plus les genres de discours sont, par définition, évolutifs. Tenter de les fixer dans un classement serait une gageure. Par contre, l’élaboration d’une typologie textuelle est possible d’autant qu’elle peut se fonder sur des critères strictement linguistiques, stables et en nombre fini :

« Quels que soient les genres dans lesquels ils s’inscrivent, les segments de récits d’événements vécus, de narration, de dialogue, d’argumentation, etc., présentent en effet des ressemblances linguistiques (présence de sous-ensembles déterminés de temps du verbe, de pronoms, d’organisateurs, etc.), et ce sont ces segments, et non les genres en lesquels ils s’inscrivent qui peuvent être identifiés sur la base de leurs propriétés linguistiques. » (Bronckart 1996, 77 ; cité par Filliettaz et Grobet : 219).

Un texte empirique se constitue de « segments » de discours. C’est au niveau du texte (ou de l’intratexte) et plus précisément par l’identification des segments textuels qui constituent le texte empirique, comme le soutient Bronckart, et non au niveau du contexte que l’élaboration d’une typologie textuelle paraît linguistiquement possible et fondée. Nul besoin alors pour cela de faire appel à la notion de genre, ou peu importe les genres dont ces segments textuels relèvent.

L’autre raison qui milite en faveur de la distinction entre la notion de type et celle de genre en est que, comme l’indique Coste (1989, 35), les notions de « récit » ou de « narration » par exemple (qui sont des types) entrent dans la composition de différents genres. (Cf. note 4, Filliettaz & Grobet : 219).

Si le classement des genres (fable, nouvelle, conte, etc.) obéit à une multitude de critères hétérogènes et donne lieu à une infinité de catégories en perpétuelle évolution, il en va autrement pour les types de discours (narration, description, délibération) que l’on peut aborder, saisir dans le cadre des théories linguistiques. Par conséquent, il ne faut pas confondre les considérations liées aux déterminations génériques (le fait d’être une fable ou une nouvelle, par exemple) qui sont socio-historiquement marquées avec la question des types discursifs qui peut être traitée en s’en tenant à l’architecture interne des textes. Ajoutons que la notion de type ainsi que l’affirme Coste (1989, 35) est, elle-même, à la base de la composition de différents genres.

Résumons

Pourquoi faut-il distinguer la notion de type et celle de genre ?

Trois raisons à cela :

1° La notion de genre relève des déterminations sociales. Étant socialement codifiés, les genres de discours sont nombreux et évolutifs ;

2° la notion de type repose sur des critères linguistiques et peut donc être définie dans le cadre des théories linguistiques. Les types de discours sont fixes et en nombre fini ;

3° la notion de type est à la base de la composition de différents genres.

Pourtant, le classement des types discursifs s’il est légitime, il n’est pas pour autant aisé. Pour preuve, la multiplicité des tentatives de classements dont il a fait l’objet, depuis plusieurs décennies.

La question de l’hétérogénéité compositionnelle

Une production langagière n’est (presque) jamais pure du point de vue de sa composition : elle ne se réduit pas à un type de discours unique, mais elle articule une pluralité de segments textuels (relevant de types de discours distincts) et qui « se combinent selon des modalités variables » (Filliettaz, §1). Il est rare qu’un texte empirique relève, sur le plan typologique et compte tenu de son architecture interne d’un type unique. Il convient donc de commencer par décrire la composition interne des discours (ou leur structure compositionnelle) avant de procéder à leur classement. (F & G : 214)

Une production discursive ne se réduit pas à la manifestation d’un type de discours unique.

Jean-Michel Adam distingue cinq types élémentaires de textes : le récit, la description, l’argumentation, l’explication, le dialogue. Les quatre premières catégories ont été réunies sous l’étiquette de « formes monogérées » et la dernière sous celle de « forme polygérée ».

Identification des séquences

Un texte est composé de plusieurs séquences ui se combinent selon des modalités variables :

Adam distingue sept types de séquentialités :

1° la séquentialité narrative ;

2° la séquentialité injonctive-instructionnelle ;

3° la séquentialité descriptive ;

4° la séquentialité argumentative ;

5° la séquentialité explicative ;

6° la séquentialité dialogale-conversationnelle ;

7° la séquentialité poétique-autotélique.

Qu’est-ce que la SÉQUENCE ?

« La SÉQUENCE est, à la fois, une unité constituée (dont il faut alors décrire la structure interne et les constituants) et une unité constituante (dont il faut, dans le cas de textes comportant plusieurs séquences, décrire les modes d’enchaînements séquentiels : insertion(s) et dominante dont il a été question plus haut). Comme unité constituante, la séquence est une composante de T ; comme unité constituée, la séquence est composée de propositions (macro-propositions différentes selon les types de séquentialités et composées elles-mêmes de n micro-propositions comme on le verra plus loin) ». Adam ; 58, c’est souligné dans le texte.

Pourtant un texte est soit narratif, soit descriptif, soit délibératif. Cela signifie que s’il est vrai qu’un texte se présente comme une suite de séquences, il n’en demeure pas moins qu’il est possible de distinguer une séquence constituée et des séquences constituantes ; des séquences dominées et une séquence dominante.

Jean-Michel Adam entend par insertion de séquences, le fait qu’une ou des séquences non narratives (descriptive, explicative, etc.) soi(en)t insérée(s) dans un récit ; et par dominante séquentielle le type de séquence qui domine dans un texte. Celle-ci peut être narrative, descriptive, etc. Ainsi, un récit peut comporter des fragments descriptifs ; une argumentation des fragments narratifs, etc. dans chaque cas, c’est en termes d’insertion de séquences et de dominante que le texte doit être approché.

Exemples

Adam : 57

Concernant la fable de Jean de La Fontaine, Adam fait remarquer que même si le récit est construit de manière démontrer la validité de la proposition énoncée au v1, cela ne veut nullement dire que la dominante séquentielle est de type argumentatif. En effet, « out récit (…) comporte, dans sa définition même, une « composante argumentative » (explicite ou non) ». (Adam : 57). C’est ainsi qu’Adam en arrive à compléter la définition séquentielle du texte par une définition pragmatique qu’il propose d’appeler définition « configurationnelle » (Adam : 57). D’où la nécessité de prendre en considération d’une part « la représentation sémantique construite par le texte » et d’autre part « la prise en charge énonciative des propositions comme de l’ensemble du texte (plans d’énonciation, polyphonie et modalités) et de l’orientation argumentative du texte. » (Adam : 57, c’est souligné dans le texte).

La nécessité de prendre en considération d’une part la dimension configurationnelle et de l’autre la dimension séquentielle.

Selon le type de la séquence dominante, un texte est soit narratif, soit descriptif ou délibératif.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc