Categories
Billets

Lecture-compréhension: thème + prédicat(s)

Parler ou écrire consiste principalement à dire quelque chose de quelque chose. Ainsi que le précise Michal Maillard :

« Si je « dis » table ou boite, on ne peut pas vraiment dire que je « parle ». Je prononce mais je n’énonce pas. En revanche, quand je dis la table boite (sans circonflexe), je fais un énoncé, vrai ou faux. Idem si je dis La table est boiteuse. Sans un prolongement verbal, un nom n’est ni vrai ni faux. Le problème de la vérité commence à se poser quand j’accouple un nom avec un verbe pour faire une assertion. Cela Platon l’avait bien vu. Selon lui, un énoncé assertif simple – affirmatif ou négatif – comportera donc un nom, désignant ce dont on parle et un verbe exprimant ce qu’on en dit. Après Aristote, le premier sera appelé sujet et le second prédicat. L’opération qui let met en relation recevra, en logique et en linguistique le nom de prédication. »[1]

Parler (ou écrire) n’est pas simplement prononcer des mots séparés. Si je dis seulement, pour reprendre l’exemple de l’auteur « table » ou « boite », je ne fais que prononcer sans rien énoncer. Autrement dit, je ne parle pas. Je parle à partir du moment où je dis quelque chose de quelque chose : je dis de la table qu’elle boite, je peux dire aussi qu’elle ne boite pas. En tout cas parler c’est mettre en relation au moins deux termes : un nom (la table) et un verbe (boite). Le premier reçoit le nom de sujet et le second celui de prédicat. La prédication est le nom donné à l’opération qui met en relation le sujet et le prédicat. Le sujet est ce dont traite la phrase, ce dont il est question, ou selon l’expression de Wilmet, « être ou objet dont quelque chose est affirmée ou niée ». Le prédicat est ce qui est dit à propos du sujet. Généralement, le prédicat inclut un verbe et, le cas échéant, ses compléments.

Le terme « prédicat », utilisé en linguistique, a été repris à la tradition logique. Dès l’Antiquité, ce terme désigne chez les logiciens ce qui est prédiqué d’un sujet, c’est-à-dire l’attribut. Aristote, dans le traité des Catégories, présente les dix catégories ou manières dont un attribut peut être prédiqué d’un sujet. D’ailleurs Aristote développe-t-il une conception attributive de la proposition. Selon cette conception, une proposition est l’attribut d’un prédicat P à un sujet S. La proposition « L’homme court » était analysée selon le schéma « S est P » comme « l’homme courant ». La copule « est » introduit le prédicat en même temps qu’il assure la liaison entre celui-ci et le sujet. Cela dit, toute proposition est considérée comme porteuse d’une assertion susceptible d’être vraie ou fausse[2].

Remarques importantes. 1°Le sujet peut être un nom, un pronom, un groupe nominal ou un verbe à l’infinitif (la forme nominale du verbe). À ne pas confondre le sujet grammatical avec le sujet logique. 2° Il existe à côté du couple « Sujet / prédicat » beaucoup d’autres oppositions telles que : thème/propos (Bally, 1932), thème/ commentaire, topique/ commentaire (Hockett, 1958), thème/focus (Sgall, 1973), donné/nouveau (Halliday, 1967), préfixe/noyau (Blanche-Benveniste, 1997)[3]. Cette prolifération dans les dénominations tient, selon Galmiche, « au fait que le phénomène en question ressortit à une multiplicité de points de vue : sémantique, logique, psychologique, pragmatique, énonciatif, à quoi se mêlent des considérations relatives à la phonologie (intonation) et à la syntaxe (constructions)[4] ».

Cette multiplicité n’a pas manqué d’entraîner des confusions. Ainsi, le mot focus, souvent employé pour désigner le rhème, le foyer d’information, peut désigner chez certains auteurs le thème.


[1] Michel Maillard. « Le prédicat », Lidil , 37/2008, pp. 24-25.

[2] Catherine FUCHS, « Prédicat, linguistique », Encyclopaedia Universalis (En ligne), consulté le 26 octobre 2016. Url : http://www.universalis.fr/encyclopedie/predicat-linguistique/

[3] Cf. Danièle Flament, « L’entrée thème/rhème du glossaire de Comenius », Linx [En ligne], 55 | 2006, mis en ligne le 22 février 2011, consulté le 10 novembre 2016. URL : http://linx.revues.org/389 ; DOI : 10.4000/linx.389, §3.

[4] Galmiche, M., 1992, « Au carrefour des malentendus : le thème », L’information grammaticale, 54, Paris, Société pour l’Information grammaticale, p. 3-10 ; cité par Danièle Flament, op.cit.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc