Categories
Billets

Lecture-compréhension. Questionnaire de lecture

0. De la lecture en diagonale à la lecture active

0.1. La lecture en diagonale

La lecture en diagonale consiste en un survol des différentes parties d’un texte (paragraphes, sections, chapitre) sans pour autant s’arrêter sur un point particulier.

On recourt à al lecture en diagonale lorsque l’objectif immédiat est moins d’entrer dans le détail du texte que de prendre connaissance, de façon sommaire, des idées générales du texte. Ainsi, en appliquant cette méthode de lecture, on peut lire des centaines de pages à l’heure.

Toutefois, la lecture en diagonale ne favorise ni la mémorisation du contenu du texte ni son appropriation.

0.2. La lecture active

La lecture active consiste à lire le texte en vue de le comprendre. Elle consiste aussi à lire entre les lignes à partir des indices fournis dans le texte. La lecture active vise donc la compréhension du texte, voire son interprétation.

I. Questionnaire de lecture : Types et fonctions

I.1. Types

On recense plusieurs types de questionnaires de lecture ou plusieurs types de questions :

I.1.1. Questions ouvertes : ce sont des questions libres et donnent lieu à des réponses diverses et tout aussi libres. Exemple : « Que penses-tu de la guerre ? ».

I.1.2. Questions fermées : ce sont des questions qui suscitent des réponses par oui ou par non. Elles visent des informations précises fournies dans le texte. Exemple : « Est-ce que Monsieur Jourdain a recruté un maître de philosophie ? ».

I.1.3. Questions à choix multiples. L’étudiant choisit une réponse, en la cochant, dans la liste. Exemple : Français à quel âge ?

 15 ans ?

 17 ans ?

 25 ans ?

I.1.4. Questions « vrai » ou « faux ». Exemple : « Est-il vrai que Monsieur Jourdain a recruté un maître de philosophie ? »

 Vrai

 Faux.

I.2. Fonctions

I.2.1. Fonction évaluative

Le questionnaire de lecture sert, d’ordinaire, à évaluer la mémorisation. L’étudiant lit le texte et après on lui pose des questions auxquelles il doit répondre sans avoir la possibilité de relire le texte. Ce qui est visé ici c’est à la fois la capacité de compréhension et celle de mémorisation.

Mais le questionnaire de lecture n’a pas que ces deux fonctions. Il assume d’autres fonctions en rapport avec les objectifs de  l’enseignement-apprentissage de la lecture.

I.2.2. Fonction formatrice

Les questions ne visent moins à évaluer la compréhension qu’à guider, orienter le lecteur dans son activité. Le questionnaire de lecture sert, dans ce cas, à permettre à l’étudiant de s’orienter dans le texte et de se l’approprier et à accroitre l’activité réflexive du lecteur. Le questionnaire de lecture ainsi considéré vise à permettre à l’étudiant de devenir actif dans sa démarche de lecture : apprendre à se repérer dans le texte, à le questionner ; il lui permet aussi d’apprendre à inférer des informations nouvelles sur la base de celles qui sont fournies dans le texte. Autrement dit, les questionnaires peuvent porter sur des informations données explicitement dans le texte, ou sur des informations nouvelles qui doivent être construites sur la base d’indices présents dans le texte (la pratique de l’inférence).

Ainsi conçu, le questionnaire de lecture est un outil d’aide à l’apprentissage de la lecture :

  1. des stratégies de lecture ;
  2. des procédures permettant de répondre aux questions posées.

II. Objectifs

  • Amener l’étudiant à apprendre à prêter plus d’attention à la construction du texte ;
  • L’amener non seulement à répondre aux questions à prendre conscience de la méthode utilisée pour y répondre, c’est-à-dire l’étudiant doit savoir et dire comment il a fait pour répondre au questionnaire de lecture ;
  • L’étudiant doit prendre conscience de l’existence de trois grands types de réponses : textuelle (a), à la fois textuelle et inférentielle (b)  et (c) et, enfin, une réponse totalement inférentielle (d) :
  • la réponse est dans le texte ;
  • la réponse est dans le texte mais elle suppose une synthèse des différents éléments du texte ;
  • la réponse est à la fois dans le texte et dans la tête du lecteur ;
  • la réponse est totalement inférente.

III. Point de méthode

Il convient de faire travailler les étudiants sur plusieurs textes, et ce pour éviter de surcharger le texte.

Sources

Cèbe, S. ; Goignoux, S. ; Thomazet, S. Enseigner la compréhension. Giasson, J. La compréhension en lecture.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc