Categories
Billets

La lecture-diction: prononciation et articulation

Vire-langues français

Définition.Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire les deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilles lorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

1° Prononciation & articulation

Un chasseur sachant chasser sans son chien de chasse est un bon chasseur.

Je suis ce que je suis et si je suis ce que je suis, qu’est-ce que je suis ?

Ces six saucissons-ci sont si secs qu’on ne sait si s’en sont.

As-tu été à Tahiti ?

Tentas-tu, Tantale, de tremper ta langue ?

Poisson sans boisson, c’est poison !

As-tu vu le tutu de tulle de Lili d’Honolulu ?

Ta tante t’attend. – J’ai tant de tantes. Quelle tante m’attend ? – Ta tante Antoinette t’attend.

L’assassin sur son sein suçait son sang sans cesse.

Ciel, si ceci se sait ces soins sont sans succès.

Tonton, ton thé t’-t-il ôté ta toux ?

Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

Lily lit le livre dans le lit.

Un ange qui songeait à changer de visage se trouva soudain si changé que jamais plus ange ne songea à se changer.

Trois tortues têtues trottent en trottinette.

Sieur, le censeur, sans cesse sur son séant, s’assied seul sans souci sur son seau.

Paul se pèle au pôle dans sa pile de pulls et polos pâles.

Âne et vers et taupe ont-ils os ? Âne à os vers non, taupe si.

Le mur murant Paris rend Paris murmurant. (Victor Hugo)

Gros gras grand grain d’orge, tout gros-gras-grand-grain-d’orgerisé, quand te dé-gros-gras-grand-grain-d’orgeriseras-tu ? je me dé-gros-gras-grand-grain-d’orgeriserai quand tous les gros gras grands grains d’orge se seront dé-gros-gras-grand-grain-d’orgerisés.

Il était une fois, un homme de foi qui vendait du foie dans la ville de Foix. Il dit : « ma foi, c’est la dernière fois que je vends du foie dans la ville de Foix car il fait trop froid ».

Un pâtissier qui pâtissait chez un tapissier qui tapissait, dit un jour au tapissier qui tapissait : « Vaut-il mieux pâtisser chez un tapissier qui tapisse ou tapisser chez un pâtissier qui pâtisse ? »

Tas de riz, tas de rats. Tas de riz tentant, tas de rats tentés. Tas de riz tentant tenta tas de rats tentés tâta tas de riz tentant.

Combien sont ces six saucisson-ci. Ces six saucisson-ci sont six sous, ces six saucissons-ci sont trop chers.

Ah ! pourquoi Pépita sans répit m’épies tu, dans le puits Pépita pourquoi te tapis-tu ? Tu m’épies sans pitié, c’est piteux de m’épier, De m’épier Pépita ne peux-tu te passer ?

Le juge rend justice.

Panier Piano (à répéter plusieurs fois).

Je prononce un « i » et je ris.

Je prononce un « o » et me voici penaud.

Je prononce un « u «  l’as-tu reconnu ?

Je prononce un « a » et le voilà béat !

Je crie AH AH nous voilà !

HOU HOU c’est nous.

HU HU je t’ai vu

Tout biscornu et tout tordu pauvre Michu !

Voici un petit dialogue qui peut être joué par deux élèves :

RENCONTRE

– Nous nous tutoyons ou nous nous vouvoyons ?

– Tutoyons-nous ! Vous vouvoyez souvent ?

– Je tutoie parfois mais souvent je vouvoie.

– Moi, je me tue à tutoyer, mais tout me voue à vouvoyer

– Vous nous voyez nous vouvoyer ?

Nous voirons ; je veux dire, nous verrons

– Tout à fait, toutefois tout nous fait nous tutoyer ; d’ailleurs, qui vous vouvoie ?

– Mes parents, mais je ne les vois jamais.

– Ainsi, vos vieux vos vieux vous vouvoient sans vous voir.

– Et toi, qui te tutoie ?

– Mon oncle, mais seulement chez moi.

– Donc, ton tonton te tutoie sous ton toit.

– Oui, mais mon neveu ne veut nous vouvoyer.

– Et que faites-vous des dames ?

– Tutoyons les veuves et vouvoyons les tantes.

– Mais ma tante est veuve ; elle vouvoie son toutou et tutoie sa voiture.

– Vous n’aurez qu’à louvoyer, tantôt la tutoyer, tantôt la vouvoyer.

– Et les nouveaux venus, les vouvoierons-nous ?

– Je veux voir les nouveaux venus nous vouvoyer. Les nouveaux non vouvoyants se verront renvoyés comme des voyous.

– Et les non voyants ?

– Les non voyants vouvoieront !

– Même au nouvel an ? J’aimerais vous y voir, sou leur nombre les non vouvoyants vont vous noyer.

– Au nouvel an, votre désavoué n’envoie de vœux qu’aux vouvoyants non dévoyés.

– Vous vous fourvoyez !

Vous vous fourvoyez !

– Je ne me fourvoie pas, monsieur, mais je me fous de vous revoir !

–  Alors, allez vous faire voir !

Mots et grumots, Marc Escayrol.

2° PONCTUATION et intonation de la voix

Exercice 1

Consigne : Ponctuer ces suites de mots afin qu’elles soient compréhensibles (sens logique ou poético-farfelu) :

La pluie tombait dans les maisons les enfants s’ennuyaient

Il neigeait dans sa tête défilaient des paysages ensoleillés

Le chien aboie dans l’arbre un oiseau lui répond

Les radis poussent sur la table de la cuisine le beurre ramollit.

Phrases extraites de Outils pour le français, éd. Magnard.

Exercice 2

Proposer le texte ponctué de deux façons différentes avec des questions identiques qui attendent des réponses différentes. (Réponse à justifier)

Le lion mangeait sa compagne. Melba le regardait d’un air intéressé. Dans la savane, la bête avalait goulûment son copieux repas, sans prêter attention à la nuit qui tombait. Lentement, il mastiquait sa femelle attendrie, fermant les yeux, se disait :

« Quel bon repas ! »

1- Que mange le lion ?

2- Qui se dit que le repas est bon ?

Le lion mangeait. Sa compagne, Melba, le regardait d’un air intéressé. Dans la savane, il avalait goulûment son copieux repas, sans prêter attention à la nuit qui tombait. Lentement, il mastiquait. Sa femelle attendrie, fermant les yeux, se disait :

« Quel bon repas ! »

3- Que mange le lion ?

4- Qui se dit que le repas est bon ?

L’harmonica de Monique est en harmonie avec l’harmonium de Monique, car l’harmonium de Monique est harmonieux.

La robe rouge de Rosalie est ravissante.

Son chat Sacha chante sa chanson sans son.

La roue sur la rue roule ; la rue sous la roue reste.

Angèle et Gilles en gilet gèlent.

Il fait noir ce soir sur le trottoir, bonsoir.

Le H muet et aspiré en français

‘h’ muet 

‘h’ est dit muet quand il autorise la liaison avec le mot qui le précède. L’article qui accompagne un mot commençant par un ‘h’ muet s’élide au singulier : l’harmonica, l’hôtel, etc. Au pluriel, la liaison est obligatoire : les harmonicas .

Noms commençant par ‘h’ muet

Noms masculins Noms féminins
Habit ; habitat ; halogène ; haltère ; harmonica ; hebdomadaire ; hélicoptère ; hématome ; hémorragie ; herbage ; héroïsme ; herpès ; hippodrome ; hiver ; homicide ; horaire ; horizon ; horoscope ; hospice ; hôtel ; humain ; humour, etc.  Habileté ; habitude ; hallucination ; hémorragie ; hérédité ; héroïne ; heure ; homéopathie ; honnêteté ; horreur ; huile ; huître ; humidité ; humilité , etc.

‘h’ aspiré

‘h’ empêche la liaison avec le mot qui le précède. Au singulier, l’article défini qui accompagne le mot commençant par un ‘h’ aspiré ne s’élide pas. On dit « le haricot » ; « la harpe ».

Noms masculins Noms féminins
Hâle ; hamac ; hamburger ; hand-ball ; handicap ; hangar ; harcèlement ; hareng ; haut-parler ; hennissement ; hérisson ; héron ; héros ; hêtre ; hoquet ; hot dog ; houblon ; huis clos ; harfang ; haricot ; hasard ; haschich ; hibou ; hochement ; hochet ; hockey ; homard, etc. Hache ; haie ; haine ; hanche ; hardiesse ; harpe ; hâte ; hausse ; hauteur ; hiérarchie ; honte ; housse, etc.

Cf. Multidictionnaire des difficultés de la langue française.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc