Categories
Billets

Les groupes de la phrase

  1. LES GROUPES DE LA PHRASE

La phrase se définit comme un ensemble structuré d’éléments syntaxiquement organisés autour d’un verbe; ces éléments, que l’on appelle des constituants, peuvent se combiner en groupes de termes organisés autour d’un noyau et jouant à l’intérieur de la phrase un unique rôle fonctionnel. La grammaire admet généralement qu’une phrase peut comporter plusieurs groupes, à savoir le groupe nominal, le groupe verbal, le groupe adjectival et le groupe prépositionnel.

  1. GROUPE NOMINAL

Le syntagme nominal, désormais GN, se décompose en deux constituants: le déterminant (Dét.) et le nom (N) pris pour noyau. Le GN peut apparaitre dans plusieurs positions et avoir diverses fonctions. Il peut être également accompagné d’un adjectif, d’un groupe prépositionnel, d’une subordonnée relative, d’une subordonnée conjonctive.

  1. Les fonctions  du SN

Un SN peut être un sujet, un complément du nom ou de l’adjectif, mis en apposition, un complément d’objet (direct ou indirect), un attribut du sujet ou de l’objet, un complément d’agent, complément circonstanciel…

Sujet

Le GN peut assumer la fonction de sujet qui est, dans la plupart du temps, considéré comme point de départ de la phrase verbale. Il désigne l’être ou l’objet dont on avance quelque chose en utilisant un prédicat. Le sujet répond à la question Qui ? Qui est-ce qui ? Qu’est-ce qui ? – Ex. Mon pèrerit. Qui rit ? (Mon père = animé) / La chaise est cassée. Qu’est-ce qui est cassé ? (La chaise = inanimé)

Mise en apposition

Le terme apposition s’applique au mot ou groupe de mots qui, placé à la suite d’un nom, désigne la même réalité que ce nom, mais d’une autre manière. – Ex. Molière, écrivain français, a vécu au XV Lé  siècle. / Louis XIV, le roi de France, (à distinguer du roi d’Espagne). Ici, il est question d’une apposition détachée par une pause, marquée par la virgule. On trouve aussi des appositions soudées: elles suivent toujours immédiatement le terme recteur et ne comportent jamais de déterminant – Ex. Le poète V. Hugo est parti.

Complément du nom

Le GN peut prendre la fonction d’un complément d’un autre nom ou d’un pronom quand, placé après celui-ci, il le complète, le détermine et le précise. Il est généralement précédé d’une préposition – Ex. Le chat de la voisine miaule. / J’ai acheté  un livre de théâtre.

Complément de l’adjectif

Le SN est complément d’un adjectif quand, placé après celui-ci, il en précise le sens. Il peut être introduit  par les prépositions  de, à, envers, en, etc. – Ex. Ce garçon est respectueux envers ses parents. / Ce panier est plein de cerises.

Attribut du sujet

L’attribut du sujet exprime une qualité attribuée au sujet (être ou objet) par l’intermédiaire d’un verbe d’état : être, sembler, paraître, passer pour, avoir l’air de, rester, demeurer, devenir, se faire, se transformer en, se rendre, etc. – Ex. Leur voisin est ingénieur. / Il est parti soldat, il revient officier, il mourra général. / Puisque je faisais l’huissier faites le commissaire.

Attribut de l’objet 

L’attribut du complément d’objet exprime une qualité attribuée au complément d’objet direct du verbe. – Ex. On a nommé Pierre inspecteur principal. / Je considère Julie comme une sœur.

Complément d’objet

Le complément d’objet est  la personne ou la chose sur laquelle porte l’action exprimée par le verbe  – Ex. La pluie frappe mes vitres. / Jean réfléchit à la question. Il est absolument nécessaire au sens de la proposition dont il fait partie. Il est étroitement lié au verbe. C’est le complément principal. Normalement, le complément d’objet prend deux formes, à savoir:

  • Le complément d’objet direct est le mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe sans préposition pour en compléter le sens. Il représente l’être ou la chose qui reçoit directement l’action que fait le sujet : Il aime la chaleur.
  • Le complément d’objet indirect est un mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe par l’intermédiaire d’une préposition pour en compléter le sens. C’est un complément de verbe. Il représente l’être ou la chose qui reçoit indirectement l’action que fait le sujet – Ex. Il s’habitue à la chaleur.
  • Certains verbes peuvent être complétés par deux compléments d’objet: Un COD (plus rarement un COI) et un autre complément qui est appelé complément d’objet second (COS). Ce complément est introduit par une préposition: à, de, pour…– Ex. Sophie a présenté sa cousine (COD) à ses amis (COS).                                                                                       

Complément d’attribution

Le complément d’attribution est un mot (ou groupe de mots) qui représente la personne ou la chose à laquelle est destinée, (c’est-à-dire le plus souvent pour ou contre laquelle est accomplie) l’action exprimée par le verbe.  – Ex ; Je donne un vêtement au pauvre / Je cueille des fleurs pour ma mère

Complément circonstanciel 

Le complément circonstanciel est un mot qui précise les circonstances qui entourent le fait exprimé. C’est un constituant facultatif de la phrase : il peut être donc déplacé ou supprimé – Ex. Un événement étonnant se produit en juin En juin, un événement étonnant se produit Un événement étonnant se produit.

Plusieurs circonstances sont identifiables: Le temps, le lieu, la cause, le but, la manière, le moyen, l’accompagnement…

  • Les expansions du nom

Le GN a pour noyau un nom qui peut être généralement accompagné d’une ou de plusieurs expansions facultatives:

L’adjectif – épithète

L’épithète est un adjectif, un participe, un groupe adjectival ou participial qui qualifie un nom  – Ex. la dame a préparé un repas délicieux. / effrayée, Amal refuse de rentrer dans cette cave. Cet adjectif peut prendre deux formes, soit la forme d’épithète liée, qui précède ou suit immédiatement le nom qualifié – Ex. Une vaste pièce déserte, sombre et froide, soit la forme d’épithète détachée, qui est séparée du nom qualifié par une virgule et elle est en position détachée dans la phrase – Ex. Verdoyante, une grande plaine se déroulait devant nous.

Le  complément du nom

C’est un GN, un nom, un pronom ou un infinitif qui complète un nom par l’intermédiaire d’une préposition – Ex. Une vue sur la mer / Un livre pour tous  / Le plaisir de lire.

La subordonnée relative

Elle complète un GN ou un nom appelé antécédent. Elle est introduite par un pronom relatif (qui, que, dont, où, lequel, auquel…) – Ex. J’ai rencontré ma copine qui est maligne.

  • LE GROUPE VERBAL

Le groupe verbal, néanmoins GV, est un constituant essentiel de la phrase, précisément de la phrase verbale. Il s’articule autour d’un noyau verbal, dont dépendent d’autres éléments (des compléments obligatoires et d’autres facultatifs). Le GV désigne généralement des propriétés, des états, des actions jouant la fonction de propos par rapport au thème de la phrase, représenté par le sujet. Il est susceptible de se réaliser de diverses manières:

  • V. – Ex.  L’oiseau chante.
  • V. copule + SAdj. – Ex. Tous les clowns sont tristes.
  • V. copule + SN – Ex.  Les agents sont de braves gens.
  • V. copule + SPrép. – Ex. Sa famille est à la mer.
  • V + SN – Ex. Pierre fume sa dernière cigarette.
  • V + SN + S prépositionnel – Ex.  La secrétaire écrit une lettre au client.

Rappelons que les compléments de phrase n’ont pas à être abordés ici puisque nous les considérons comme extérieurs au syntagme verbal.

  • LE GROUPE ADJECTIVAL

L’adjectif en tant que tête du groupe adjectival (GAdj) peut être complété par différents types de modifieurs qui sont dans leur majorité des constructions prépositionnelles.

Les modifieurs du GAdj

L’adjectif peut en effet appeler des compléments obligatoires ou facultatifs.  Ces modifieurs peuvent être:

  • des adverbes permettant de préciser le degré de la qualification (un ton très/ gentiment moquer) ou de modaliser la qualification entre le nom et son adjectif (un ton sûrement moqueur/ un voisin toujours hargneux).
  • des groupes prépositionnels  (dits compléments de l’adjectif) – Ex. Content de son sort / digne de louange/ plein d’eau/ fidèle à ses amis/ avide de gloire/ semblable à son frère.
  • des phrases (ayant statut nominal) qui peuvent être des complétives ou des infinitifs – Ex. Il est heureux que tu viennes/ C’était un récit agréable à lire.

Les degrés de l’adjectif

La qualité exprimée par le syntagme adjectival peut faire l’objet d’une évaluation en degré :

  • Les degrés de comparaison
  • Le comparatif établit une comparaison grâce aux adverbes plus (supériorité)/ moins (infériorité)/ aussi (égalité). Il est généralement suivi d’un complément introduit par que – Ex. Un arbre plus grand que la maison.
  • Le superlatif relatif établit une comparaison par rapport à un ensemble. Il est généralement suivi d’un complément introduit par de – Ex. Samir est le plus calme de tous les élèves
  • Il existe des comparatifs et des superlatifs de supériorité irréguliers – Ex. Bon (meilleur) / Mauvais (le pire)
  • Les degrés de l’intensité 

Le superlatif absolu exprime le plus haut degré d’une qualité grâce aux adverbes : très, fort, extrêmement, si, etc. – Ex. Une histoire très intéressante et fort drôles. Elle est si jolie.

  1. Fonctions du GAdj 
  2. Epithète

Le GAdj dont la fonction est épithète est toujours placé dans la proximité immédiate du nom auquel il est rattaché. Dans ce cas, la qualification est fournie à l’élément nominal en dehors de toute limitation temporelle. – Ex. Sur une étroite saillie de roc se tenait un jeune et frêle chamois.

  • Attribut 

Le GAdj est lié au sujet ou au complément d’objet par l’intermédiaire d’un verbe (dit verbe attributif). – Ex. La cuisine était grande et blanchie à la chaux / Le professeur juge cet étudiant incapable de réussir. La qualification est affectés à l’élément nominal dans les limites (temporelles, modales) des catégories morphologiques du verbe.

  • Apposition

Pour donner plus de valeur au GAdj, on peut le placer entre deux virgules à côté du nom auquel il se rapporte. Il est ainsi détac hé et prend un sens plus riche – Ex. L’animal, inquiet, ne nous quittait pas du regard. / Alerte, l’homme gravit le sentier et disparut

  • La place du GAdj

La place du SA épithète est généralement déterminée par des facteurs variés:

  • Facteurs d’ordre rythmique
  • En général, l’adjectif monosyllabique qualifiant un nom polysyllabique est antéposé – Ex. le vieux français, une bonne grammaire, une grosse voiture.
  • L’adjectif polysyllabique qualifiant un nom monosyllabique est postposé – Ex. un vers harmonieux, un luth silencieux, un cas curieux.
  • L’adjectif monosyllabique qualifiant un nom monosyllabique a tendance à être postposé – Ex. un lit dur, la vie chère.
  • Facteurs d’ordre syntaxique

Dans un GA, il est presque toujours postposé. On distingue les cas suivants:

  • L’épithète accompagnée d’un adverbe est généralement postposée (un cheval remarquablement vigoureux).
  • L’épithète précédée d’un des adverbes d’intensité (adverbe-préfixe) peut rester antéposée quand des facteurs rythmique ou sémantique imposent cette place: un très petit bébé.
  • L’adjectif accompagné d’un syntagme prépositionnel est toujours postposée – Ex. Un spectacle amusant à voir.
  • Au comparatif, l’adjectif épithète n’est obligatoirement postposé que lorsqu’il a pour complément un autre adjectif – Ex. Nous avons fait un travail aussi long que difficile.
  • Facteurs d’ordre sémantique
  • L’épithète antéposée se combine avec le nom pour constituer avec lui une désignation plus précise, mais globale, de ce dont on parle. Autrement dit, l’adjectif antéposé a tendance à se souder au nom. L’adjectif postposé conserve son accent propre, il garde son autonomie, et souligne une qualité distinctive de ce dont on parle, à l’exemple de Un roi ancien/un ancien roi; un brave homme/un homme brave; un grand homme/un homme grand.
  • Les épithètes dont le sens se combinent facilement avec celui du nom sont généralement antéposées; adjectifs courants, comportant souvent une nuance d’appréciation morale ou esthétique – Ex. petit, nouveau, bon, vrai, vieux, grand, haut, mauvais, dernier, meilleur, nombreux, multiple, futile, etc.
  • Les adjectifs exprimant une relation, une classification (position sociale, religion, nationalité), une couleur ou une forme sont généralement postposés. Ce sont des adjectifs à place fixe, à titre d’exemple une ville sicilienne / un rite orthodoxe / une voiture rouge. Les participes et les adjectifs verbaux en – ant sont postposés – Ex. un élève doué; des sables mouvants.
  • Nom déterminé par deux ou plusieurs adjectifs épithètes.
  • Quand les deux adjectifs sont pris dans leur sens propre et apportent une caractéristique objective, ils sont naturellement postposés au nom. Juxtaposés ou coordonnés, chacun deux garde son indépendance – Ex. Ses grandes dalles blanches et noires retentissent devant mes pieds.
  • Si on veut mettre en relief l’adjectif, on peut antéposer deux ou plusieurs épithètes à un nom, à l’exemple de La courte et ronde demoiselle le regardait. On possède encore le perfide et menteur rapport de Saint-Just.
  • Si, des deux adjectifs, l’un est pris dans un sens imagé ou bien une valeur affective, et que l’autre soit employé dans un sens propre avec une valeur objective, on antépose le premier au nom et on postpose le second – Ex. Une étrange agitation nerveuse. Un vaste espace gazonné. (vaste et étrange ont une valeur affective).
  • LE GROUPE PRÉPOSITIONNEL

Le groupe prépositionnel (GP) dont le mot-tête est la préposition se présente sous diverses formes :

        GN Il pense à ses études.
        Pronom     Il pense à lui.
GP Prép. + Infinitif Il rêve de réussir.
        Adverbe Il est chez lui depuis longtemps.
        Subor.  Compl. Il a insisté pour qu sa sœur vienne.

La place et la fonction du GP varient selon le type de dépendance qu’il entretient avec les autres éléments de la phrase.  Il s’inscrit dans l’axe de la phrase à différents endroits et à différents niveaux 

Il vient compléter la phrase – Ex.Le patient prend ses médicaments après les repas.

Il vient se placer dans le GV – Ex.La fortune sourit aux audacieux.

Il vient se placer dans le GN.Ex. La grève des ouvriers est signe de mécontentement.

Il vient compléter un adjectif  – Ex. Les résultats sont conformes aux décisions.

Il vient se placer après un verbe attributif (attribut du sujet ou de l’objet) – Ex.Il est en colère / Il passe pour un intégriste.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc