Le verbe

I. Définition 

Le verbe est un mot qui se conjugue. On appelle ‘conjugaison’ les différentes formes que peut prendre un verbe.

Le verbe exprime ce que fait le sujet (verbe d’action) (1), l’état dans lequel le sujet se trouve (verbe d’état) (2) ou l’action qu’il subit (3).

  • Jean mange une orange.
  • Jean est fatigué.
  • Une orange est mangée par Jean.

Rappel

Les verbes d’action expriment l’action faite ou subie par le sujet. Exemples : donner, recevoir, etc.

Les verbes d’état expriment l’état du sujet : être, sembler, avoir l’air, demeurer. Les verbes d’état sont suivis d’un adjectif attribut.

II. Catégories morphologiques du verbe

II.1. La personne et le nombre

En se conjuguant, le verbe prend des marques de personnes et de nombre.

La personne précise celui qui parle, celui la parole est adressée, celui de qui ou ce dont on parle. La personne varie au singulier et au pluriel.

Singulier Pluriel
1ère personne Je rougis Nous rougissons
2ème personne Tu rougis Vous rougissez
3ème personne Il/elle rougit Ils/elles rougissent

II.2. Le mode

Le mode d’un verbe renseigne sur le regard que porte le locuteur ou le scripteur sur les faits qu’il rapporte. Selon le mode utilisé, les faits peuvent être présentés comme réels (le mode indicatif), possibles mais soumis à condition (le conditionnel), souhaitables (le subjonctif) ou formulés sous forme de recommandations (l’impératif).

Six modes sont à distinguer en français : infinitif, indicatif, impératif, subjonctif, conditionnel et participe. Ces six modes se répartissent en deux grandes catégories : modes personnels et modes impersonnels.

II.2.1. Modes personnels

Les modes personnels sont au nombre de quatre : l’indicatif, le subjonctif, le conditionnel et l’impératif.

Les trois premiers sont des modes personnels complets car toutes les personnes y sont représentées (je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles). Le quatrième (l’impératif) est un mode personnel incomplet car seulement trois personnes y sont représentées (Tu, nous et vous).

II.2.1.1. Le mode indicatif

L’indicatif est le mode de la certitude. Les faits y sont représentés comme réels : Il pleut. Il viendra.

II.2.1.2. le subjonctif

Le subjonctif est le mode de l’incertitude. Les faits y sont représentés comme relevant de l’ordre du possible, du souhaitable, du douteux : Pourvu qu’il vienne. Le subjonctif sert à exprimer :

– une injonction : Qu’il parte de là tout de suite !

– un souhait : Que les hommes vivent en paix.

– une action future : Je veux qu’il aille à l’école.

Il sert aussi à marquer :

– l’irréel : Je doute qu’il vienne. Je ne pense pas qu’il puisse y arriver.

– le réel : le fait qu’il soit ici ne doit plaire à personne.

II.2.1.3. Le conditionnel

Le conditionnel exprime le futur dans le passé :

« Il viendra », a-t-il dit.

Il a dit qu’il viendrait.

On utilise également le conditionnel pour exprimer une éventualité ou une possibilité (Il pleuvrait demain), ou pour formuler une demande polie : Auriez-vous du temps à m’accorder ?. Le conditionnel exprime aussi le potentiel ou l’irréel du présent : Si je terminais mon travail, je partirais avec vous.

Le conditionnel présente les faits rapportés comme éventuels (non certains) mais dont la réalisation est soumise à condition. Il réussirait (condition sous-entendue : s’il travaillait).

II.2.1.4. L’impératif

L’impératif est le mode du commandement (de l’ordre et de la défense). Le locuteur ou le scripteur énonce les faits à accomplir : Levez-vous ! Ce mode ne compte que trois personnes, à savoir la 2ème personne du singulier, la 1ère et la 2ème personne du pluriel.

II.2.2. Les modes impersonnels

Les modes impersonnels sont au nombre de deux : l’infinitif et le participe. Ces modes sont dits impersonnels parce qu’ils ne possèdent pas de désinence de personnes.

II.2.2.1. L’infinitif

L’infinitif est le mode de la désignation. Il nomme le procès ou l’état désigné par le verbe.

Les verbes à l’infinitif se répartissent en trois groupes :

Le 1er groupe comprend les verbes qui se terminent par ‘–er’, à l’exception du verbe ‘aller’.

Exemples : abandonner, accepter, commencer, chercher, exprimer, expliquer, fermer, garder, jouer, marcher, nommer, passer, penser, raconter, rencontrer, sauver, sembler, tourner, trouver, etc.

Le 2e groupe comprend les verbes en ‘-ir’ et dont le participe présent se termine par ‘-issant’.

Verbe Participe présent verbe Participe présent
Alunir Atterrir choisir bannir Finir Alunissant Atterrissant Choisissant Bannissant finissant Grandir Faiblir S’évanouir Endurcir Rétrécir Grandissant Faiblissant S’évanouissant Endurcissant Rétrécissant

Le 3e groupe est composé des autres verbes. Voir le tableau suivant :

Les verbes en ‘–oir’ / ‘-oire’ ‘-OIR’ : Vouloir, savoir, pouvoir, devoir, voir, etc. ‘-OIRE’ : croire,
Les verbes en ‘-aindre’ / ‘eindre’ ‘-AINDRE’ : plaindre, craindre, etc. ‘-EINDRE’ : Peindre, atteindre, etc.
Les verbes en ‘-dre’ ‘-DRE’ : Prendre, rendre, vendre, etc.
Les verbes en ‘-ir’ ‘-IR’ : Partir, sortir, venir, etc.
Les verbes en ‘-oudre’ ‘-OUDRE’ : coudre, moudre, etc.
Les verbes en ‘-oindre’ ‘-OINDRE’ : Joindre, poindre, etc.
Les verbes en ‘-tre’ ‘-TRE’ : Connaître, naitre, mettre, etc.

II.2.2.2. Le mode participe

Le participe est le mode de la qualification. Le participe exprime une qualité ou une caractéristique du nom qu’il détermine.

Jean, sachant qu’il ne peut pas y arriver, a fini par abandonner.

II.3. Le temps

Le temps indique le moment du procès (ou l’action) désigné par le verbe. Il indique à quel moment de la durée se situe l’action ou l’état : au présent, au passé ou au futur.

II.3.1. Les temps de l’indicatif

II.3.1.1. Les temps simples

a) Le présent : le présent exprime un fait qui se passe au moment où on en parle : Je parle. On l’appelle présent d’énonciation.

– On parle aussi du présent de :

– vérité générale : L’eau bout à 100°c.

– habitude : Chaque jour, je me réveille très tôt.

– narration (ou présent historique) rapporte des faits passés en les présentant comme des faits actuels : « C’était le jour des Rameaux de l’année 1728, je cours pour la suivre : je la vois, je l’atteins, je lui parle. » J ;-J. Rousseau).

Le présent est aussi utilisé pour parler du futur :

Vous faites cet exercice pour demain.

b) L’imparfait : temps du passé, l’imparfait décrit des faits qui sont en cours de déroulement ou qui se répètent dans le passé. L’imparfait exprime une action continuelle ou habituelle dans le passé.

Imparfait de description : évoque, dans un récit, l’arrière-plan sur lequel se détache le fait principal.

Imparfait d’habitude (ou de répétition): Tous les matin, il promenait son chien.

L’imparfait peut évoquer une hypothèse ou une condition :

Si tout le monde pensait la même chose, on s’ennuierait à mourir.

c) Le passé simple : rapporte des faits uniques ou ponctuels. Le passé simple est le temps du récit par excellence.

d) Le futur simple : exprime une action à venir mais dont la réalisation est considérée comme certaine. Je viendrai vous voir demain. Le futur simple peut exprimer un ordre, une supposition ou un fait soumis à une condition :

– Ordre : Vous ferez cet exercice demain.

– Supposition : Quelqu’un frappe à la porte ! Ce sera Jean.

– Condition : Si je travaille, je réussirai.

II.3.1.2. Les temps composés

a) Le passé composé : temps du passé, le passé composé indique qu’une action s’est achevée dans le passé, mais qui a encore des conséquences sur le présent.

b) Le plus-que-parfait : C’est un temps que l’on rencontre souvent dans des récits au passé. Il sert à représenter des faits ou des événements mis à l’arrière-plan (ceux qui ont eu lieu avant d’autres faits ou événements objets du récit). Le soleil s’était couché quand il rentra. Le plus-que-parfait sert à exprimer une hypothèse non réalisée (l’irréel du passé) : S’il avait travaillé, il aurait réussi.

c) Le passé antérieur : il indique qu’une action est antérieure à l’action rapportée au passé simple.

Lorsqu’il eut terminé son travail, il sortit.

d) le futur antérieur : temps du futur, le futur antérieur indique qu’une action se réalise avant une seconde action.

Dès qu’il aura terminé son travail, il sortira.

e) Le conditionnel exprime l’éventualité (valeur modale) : L’accident aurait causé des dégâts humains et matériels. Il exprime aussi l’irréel du passé dans un système hypothétique : Si j’avais su, j’aurais agi autrement.

II.4. L’aspect

L’aspect indique à quel point de son déroulement le procès a été saisi : au début (aspect inchoatif), à la fin (aspect terminatif), en cours d’accomplissement (aspect progressif), etc.

Les principaux aspects sont :

Aspect instantané ou ponctuel Un éclair brilla (brille).
Aspect duratif Le professeur expliquait la leçon.
Aspect inchoatif Il commence à chanter.
Aspect itératif Il se réveillait très tôt le matin.
Aspect accompli J’ai vu.
Aspect inaccompli Je regarde par la fenêtre.

a) Aspect inchoatif : on l’appelle aussi aspect ingressif ou initif. L’aspect inchoatif indique le commencement d’un procès ou l’entrée dans un état.

b) Aspect instantané ou ponctuel (ou semelfactif): indique une action ponctuelle qui se produit une seule fois.

c) Aspect itératif : Le procès se reproduit plusieurs fois. Cet aspect se rencontre avec des verbes au présent ou à l’imparfait dits d’habitude (ou de répétition). L’aspect itératif est aussi exprimé par des compléments circonstanciels de temps : souvent, chaque jour, tous les jours, etc.

d) Aspect progressif (duratif) : le procès est saisi pendant son déroulement. C’est l’idée qu’exprime les périphrases : être en train de … ; aller + participe présent … ; être à + infinitif.

e) Aspect imminent : le procès va bientôt commencer. Périphrases ou auxiliaires d’aspect :

Je vais + inf.

Je suis sur le point de + inf.

Etre pour

Vouloir, devoir

Aspect récent : le procès vient de s’achever. Venir de + inf.

Finir de + inf.

II.5. la voix

On entend par ‘voix’ la forme que prend le verbe pour exprimer le rôle du sujet dans l’action. La voix indique l’angle sous lequel l’action exprimée par le verbe est considérée. Trois voix sont à distinguer : active, passive et pronominale.

II.5.1. Voix active, voix passive

À la voix active, l’accent est porté sur le sujet du verbe, l’auteur de l’action. À la voix passive, l’attention est orientée vers celui qui ou ce qui subit l’action.

Remarque. – Seuls les verbes transitifs directs acceptent la variation selon la voix. Les autres verbes ne sont pas sujets à cette variation. Exception : obéir et désobéir.

II.5.2. Voix pronominale

Un verbe se met à la voix pronominale quand il est accompagné d’un pronom personnel dit réfléchi ou conjoint de la même personne que le sujet et est placé devant le verbe.

Exemple : se réveiller

III. Espèces de verbes

III.1. Verbes transitifs et verbes intransitifs

III.1.1. Verbes transitifs

Définition. – « Les verbes transitifs, appelés parfois objectifs, sont ceux qui expriment une action sortant du sujet et passant sur un objet. Ces verbes appellent, en principe, un complément d’objet, désignant l’être qui est le terme de l’action ou l’objet auquel l’action tend. » (Grevisse, M., Le bon usage, Gembloux, Duculot, 7e éd., 1964, p. 512).

« On appelle verbes transitifs ceux qui font passer l’action du sujet au complément. » (Brachet, A. et Dussouchet, J., Grammaire française complète, Paris, Hachette, 6e éd., 1895, p. 150) 

Les verbes transitifs sont des verbes qui expriment une action qui sort du sujet et vise un objet.

Jean regarde la télévision.

Roméo parle à Juliette.

Sur le plan syntaxique, les verbes transitifs appellent un complément d’objet. Un verbe est dit transitif s’il appelle un complément d’objet. Ce dernier vient toujours après le verbe dans la phrase canonique.

III.1.2. Verbes intransitifs

Les verbes intransitifs se construisent sans complément d’objet. En d’autres termes, les verbes dits intransitifs sont les verbes qui ne demandent pas de compléments d’objet ou peuvent s’employer sans compléments d’objet. Les verbes intransitifs ou employés intransitivement se limitent, sur le plan sémantique, à la description de l’activité elle-même du sujet ; ils se suffisent à eux-mêmes.

Remarque. Verbes à emploi absolu (à objet zéro) :Certains verbes transitifs comme attendre, fumer, manger, etc. ou transitifs indirects comme obéir, etc. peuvent être employés sans complément d’objet. On dit dans ce cas qu’ils sont employés de façon absolue. Exemple : Cet homme fume (emploi absolu). La cheminée fume (verbes intransitifs)

Verbes intransitifs

L’homme parle.

Jean marche.

Le chien aboie.

Le chat miaule.

Le cheval galope.

Le lion mugit.

Exemples de verbes intransitifs (exprimant une modification dans l’existence) :

Advenir, aller, arriver, décéder, devenir, entrer, naître, mourir, partir, repartir, retourner, sortir, tomber et la plupart de leurs composés.

Exceptions : les composés de venir

  1. verbes transitifs directs : circonvenir et prévenir
  2. verbes transitifs indirectes : contrevenir, parvenir, provenir, subvenir, survenir.

Verbes transitifs ou intransitifs employés intransitivement ou intransitivement

Certains verbes intransitifs peuvent être utilisés à la forme transitive. C’est le cas par exemple du verbe sortir :

Pierre sort à midi. (Emploi intransitif)

Pierre sort une pièce de monnaie de sa poche. ((Emploi transitif)

Emploi transitif Emploi intransitif
Jean écrit un poème. Jean écrit.
Jean mange une pomme. Jean mange.
Les enfants jouent au ballon. Les enfants jouent.
Pierre conduit sa voiture. Pierre conduit.
Estelle chante la Marseillaise. Estelle chante.

Mais ce n’est pas une règle générale. Nombreux aussi sont les verbes transitifs qui ne tolèrent pas la forme intransitive, sinon la phrase sera agrammaticale, sur le plan formel, et incomplète sur le plan sémantique :

Emploi transitif Emploi intransitif impossible
Jean passe son bac. * Jean passe.
Marie porte une robe. * Marie porte.
Jean met du parfum. * Jeanne met.
Sylvie demande du thé. * Sylvie demande.
Le petit jean construit une phrase. * Le petit Jean construit.

III.2. Verbes pronominaux

On distingue deux espèces de verbes pronominaux : les verbes essentiellement pronominaux et les verbes occasionnellement pronominaux.

III.2.1. Verbes essentiellement pronominaux

Ce sont les verbes qui n’existent que sous la forme pronominale. L’action exprimée par le verbe est réalisée par le sujet et s’exerce le sujet lui-même.

S’absenter

S’abstenir

S’accroupir

S’accouder

S’acharner

S’adonner

S’affilier

S’agenouiller

S’apparenter

S’arroger

S’attabler

S’attarder

S’avérer

Se bagarrer

Se balader

Se désabonner

Se blottir

S’écrier

S’efforcer

S’envoler

S’effondrer

S’empresser

S’enfuir

S’évader

S’évanouir

Se fier à

Se gargariser

S’immiscer

S’infiltrer

S’ingénier

Se lamenter

Se méfier

Se moquer

S’obstiner

Se pavaner

Se ramifier

Se ressourcer

Se soucier

Se souvenir

Se suicider

Se tapir

Se trémousser

Etc.

III.2.2. Verbes occasionnellement pronominaux

Ce sont des verbes qui existent sous la forme ordinaire (non pronominale) mais qui peuvent parfois recevoir la forme pronominale.

b.1. Les verbes pronominaux réfléchis

Ce sont des verbes dont le sujet est le même que leur objet (direct ou indirect). Autrement dit, le sujet réalise l’action et cette action s’exerce sur le sujet lui-même. Exemples : se dire, se promener, se regarder, se laver, se réveiller, se voir, etc.

Paul se réveille.

Paul fait l’action (se réveiller) et subit l’action dont il est lui-même l’auteur.

Parfois, on ajoute des expressions comme moi-même, toi-même, lui-même, elle-même, nous-mêmes, vous-mêmes, elles-mêmes, eux-mêmes.

Paul se lave (lui-même).

Marie se regarde (elle-même) dans la glace.

Je suis coupé moi-même.

b.2. Les verbes pronominaux réciproques

Les verbes pronominaux réciproques supposent deux sujets au moins dont l’action de l’un s’exerce sur l’autre et vice-versa. Ils expriment une action mutuelle. Notons que le sujet de ces verbes est toujours au pluriel. Exemples : se dire, se parler, se raconter, se disputer, se voir, s’aimer, s’écrire, se chercher, etc.

Pierre parle à Marie et Marie parle à Pierre.

Pierre et Marie se parlent.

b.3. Les verbes pronominaux passifs, comme le verbe se vendre :

Les téléphones portables se vendent comme des petits pains.

On emploie un verbe pronominal au sens passif quand le sujet subit l’action sans l’accomplir lui-même.

On aperçoit la montagne.

La montagne se perçoit.

On définit le concept.

Le concept se définit.

On vend les voitures.

Les voitures se vendent.

III.3. Verbes impersonnels

Ce sont des verbes qui se conjuguent seulement à la 3e personne du singulier.

  • Les verbes métérologiques : bruiner, geler, grêler, neiger, pleuvoir, tonner, venter, etc.
  • Autres verbes : falloir, valoir (il vaut mieux), convenir (il convient), se pouvoir (il se peut que …), etc.

Remarque. Verbes défectifs : on appelle défectifs les verbes qui ne se conjuguent pas à tous les temps ni avec toutes les personnes.

IV. Auxiliaires et semi-auxiliaires

a) Auxiliaires ‘être’ et ‘avoir’

‘Avoir’ et ‘être’ sont des verbes qui servent aussi d’auxiliaires pour la construction d’autres verbes. En tant que verbes, ‘avoir’ a le sens de « posséder » (J’ai deux livres) ; ‘être’ exprime un état (Paul est fatigué) et quand il est employé seul, il a le sens d’« exister » (« Je pense, donc je suis », Descartes).

Expressions avec ‘avoir’

Avoir l’âge

Avoir besoin

Avoir chaud

Avoir de la chance

Avoir envie de

Avoir faim

Avoir froid

Avoir horreur

Avoir soif

Avoir sommeil

Avoir raison

Avoir tort.

Toutefois, quand ‘avoir’ et ‘être’ sont utilisés comme auxiliaires, ils perdent leur signification propre ; ils ne servent plus qu’à former les temps composés des autres verbes. Les temps composés étant formés d’un auxiliaire conjugué et du participe passé du verbe :

Il a pris une tasse de café.

Elle est arrivée à l’heure.

Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le sujet si l’auxiliaire utilisé est ‘être’. Par contre, avec l’auxiliaire ‘avoir’ le participe passé s’accorde seulement avec l’objet direct quand celui-ci le précède dans la phrase.

Elle a écrit la lettre.

Elle l’a écrite.

La lettre qu’elle a écrite.

Quelle lettre a-t-elle écrite ?

Le choix de l’auxiliaire

Quel auxiliaire choisir ? Cela dépend des verbes.

1° Tous les verbes transitifs se conjuguent avec l’auxiliaire ‘avoir’.

2° Tous les verbes pronominaux se conjuguent avec l’auxiliaire ‘être’.

3° Tous les verbes se conjuguent à la voix passive avec l’auxiliaire ‘être’.

4° Certains verbes intransitifs (les verbes qui n’appellent pas de COD ni de COI) se conjuguent avec l’auxiliaire ‘être’ : naître, aller, sortir, partir, rester, tomber, mourir, venir etc.

5° certains verbes (intransitifs) de mouvement se conjuguent avec l’auxiliaire avoir’ quand ils sont employés transitivement :

Je suis sorti (e).

J’ai sorti la voiture du garage.

6° certains verbes de mouvement sont conjugués avec ‘avoir’ : avancer, courir, danser, glisser, marcher, reculer, etc.

7° Certains verbes de changement se conjuguent d’ordinaire avec l’auxiliaire ‘avoir’, mais ils se conjuguent parfois avec ‘être’. Dans le premier cas, l’accent est porté sur le changement ; dans le second, l’accent est porté sur le résultat du changement.

8° Les verbes d’état (devenir, rester, etc.) se conjuguent avec l’auxiliaire ‘être’.

Remarque. – 1° certains verbes, comme passer, entrer, sortir, etc. changent d’auxiliaire selon qu’ils sont employés transitivement ou intransitivement ; ou sur le plan sémantique, selon que l’accent est porté sur le changement ou sur le résultat du changement.

Exemples : Aux. Avoir + pp. => Action

Aux. Etre + pp. => résultat du changement

  • Julie est descendue de l’escalier. (État)
  • Julie a descendu les valises.
  • Léa est rentrée chez elle.
  • Léa a rentré la valise dans le compartiment.
Accourir déborder éclater Paraître stationner
Apparaître dégeler échouer monter trépasser
changer dégénérer éclore passer vieillir
crever diminuer embellir pourrir tourner
croupir Disparaître enlaidir rajeunir Etc.
débarquer divorcer expirer sonner  

2° Certains verbes changent de sens selon l’auxiliaire utilisé comme Grandir, demeure, paraître :

J’ai demeuré à Oujda. (habiter)

Je suis demeuré à Oujda. (rester)

b) Semi-auxiliaires

Certains verbes peuvent être employés comme auxiliaires pour apporter une nuance particulière de mode, de temps et d’aspect.

– Semi-auxiliaires modaux

Les semi-auxiliaires modaux, à savoir  devoir, vouloir, pouvoir expriment respectivement la probabilité, la permission (possibilité) et la volonté.

– Semi-auxiliaires de temps

Passé récent : venir de + verbe à l’infinitif

Futur immédiat : être sur le point de …

Futur proche : aller + verbe à l’infinitif

– Semi-auxiliaires aspectuels

Aspect inchoatif : commencer à + verbe à l’infinitif

Aspect progressif : être en train de + verbe à l’infinitif

Aspect terminatif : cesser de + verbe à l’infinitif

Semi-auxiliaires

Les semi-auxiliaires sont généralement suivis d’un infinitif et apportent une nuance de temps ou d’aspect :

Aller, arrêter, devoir, falloir, faire faillir, laisser, manquer, pouvoir, paraître, risquer, savoir, sembler, venir, vouloir, etc.

Avoir à, aller pour, cesser de, commencer à, devenir à, être censé, être en train de, être sur le point de, finir de, ne pas laisser de, partir à, passer pour, s’avérer, se mettre à, se prendre à, se révéler, se trouver, se voir, sortir de, venir de…


Par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).