Categories
Billets

Le déterminant

L’article défini, indéfini (et l’article partitif)

I. Déterminant: définition

« Le déterminant est un mot qui varie en genre et en nombre, genre et nombre qu’il reçoit, par le phénomène de l’accord, du nom auquel il se rapporte. (Le déterminant possessif varie en outre en personne.) – Le déterminant se joint à un nom pour l’actualiser, pour lui permettre de se réaliser dans une phrase (..) » (Le bon usage, §556).

Deux caractéristiques essentielles du déterminant sont à retenir :

i) le déterminant est un mot variable : il varie en genre (masculin, féminin)  et en nombre (singulier, pluriel), selon le genre et le nombre du nom auquel il se rapporte. Par exemple, le mot « soleil » est un nom masculin singulier, on dit alors ‘le soleil’ ; le mot « lune » est féminin singulier, on dit donc ‘la lune’. Le mot « étoile », quand il est employé au pluriel, est précédé du déterminant « les » (les étoiles). On dit aussi le garçon, la fille, les enfants, etc.

ii) le déterminant se joint à un nom pour l’actualiser, c’est-à-dire pour lui permettre de se réaliser dans une phrase ou dans un discours. Exemple : Le chien aboie ; Marie va à l’école sont des phrases grammaticales. Par contre, les suites de mots * Chien aboie ; * Petit chien aboie sont agrammaticales en français. En outre, il suffit de placer un déterminant devant n’importe quel élément (lettre, mot, groupes de mots, etc.) pour que cet élément devienne un nom ou un élément substantivé. Exemples :

Exemples
On a compté les peut-être de Renan.
Vos g ressemblent à des têtards.
Trois que dans une petite phrase, c’est trop.

I.1. Place du déterminant

Le déterminant se place toujours devant le nom. Il se distingue ainsi de l’adjectif qui peut se placer immédiatement avant (adjectif antéposé) ou juste après le nom (adjectif postposé) ou, parfois avant et après. L’adjectif peut aussi être détaché du nom. Notons que si le nom est précédé d’un adjectif épithète, le déterminant se place immédiatement avant l’épithète.

Exemples
– Le petit chien aboie.
– Le chien blanc aboie.
– Le petit chien blanc aboie.
– Le petit chien, blanc.

On voit clairement que le déterminant occupe une place fixe (toujours devant le nom) alors que l’adjectif peut occuper des places variées.

I.2. Espèces de déterminants

Il y a d’abord l’article. Celui-ci étant le déterminant minimal. Les autres déterminants apportent une indication (signification) supplémentaire, à savoir :

  • une localisation (le déterminant démonstratif qui localise dans l’espace et dans le temps : ce livre, ce mois, cette année, etc.) ;
  • un rapport avec un être ou une chose (le déterminant possessif qui renseigne sur celui qui possède et la chose possédée : mon livre) ;
  • un nombre (le déterminant numéral qui renseigne sur le nombre : deux livres) ;
  • une quantité imprécise (le déterminant indéfini qui note le caractère indéfini : certains / quelques livres) ;
  • le fait que l’on pose une question portant sur le nom (le déterminant interrogatif : quel livre ?) ;
  • le fait que l’on manifeste un sentiment vif à propos de la réalité désignée par le nom (le déterminant exclamatif : quel livre !) ;
  • le fait que le nom a déjà été mentionné dans la phrase (le déterminant relatif : J’ai acheté un livre ; lequel livre traite de la syntaxe du SN).

Cf. Le bon usage, §557.

II. Article

L’article est « le déterminant minimal, le mot qui permet au nom de s’actualiser, de se réaliser dans une phrase, si le sens ne rend pas nécessaire le choix d’un autre déterminant. » (Le bon usage : §563). Deux espèces d’article sont à distinguer : l’article défini et l’article indéfini.

II.1. Article défini

II.1.1. Emplois

On utilise l’article défini quand le nom auquel il se joint « désigne un être ou une chose connus du locuteur et de l’interlocuteur. » (Le bon usage : §564). En d’autres termes, on utilise l’article défini quand le nom désigne :

a) une réalité qui fait partie de l’expérience commune : la lune, le soleil, les étoiles, l’école, les études, l’automne, l’hiver, la Mosquée Hassan II, la Tour Eiffel, etc.

b) une réalité que la situation de communication identifie :

– Le livre (entendre le livre que tu m’as prêté, par exemple) ou la chaise (celle qui se trouve devant toi) ;

c) une réalité que le discours identifie clairement :

– La clef qui était sur la table (la phrase relative rend la chose dont on parle facilement identifiable) ;

– La fils du voisin …

– Le livre de grammaire …

– etc.

d) On emploie aussi l’article défini (le, la) pour renvoyer à toute une espèce. Ainsi, « L’homme » renvoie à tous les hommes ou à l’homme en général ; le chien (à tous les chiens) ; l’école (à toutes les écoles), etc. On peut également dire dans le même sens : « les hommes », « les chiens », « les écoles », etc. ; ou quand on dit : ‘La loi, c’est loi’, etc.

II.1.2. Formes de l’article défini : simples et contractées

a) Formes simples : le, la, les (respectivement ‘le père’, ‘la mère’, ‘les enfants’).

Remarque. – Au singulier, l’article s’élide devant un mot commençant phonétiquement par une voyelle ou par un ‘h’ muet : l’arbre, l’automne, l’hôtel. L’article garde sa forme pleine devant les noms commençant par une consonne ou par un ‘h’ aspiré ou une semi-voyelle : le monde, la classe, le handicapé, la hernie, le huit, le ouistiti, le huit-clos ; le uhlan.

b) Formes contractées : au, aux, du, des

Les articles ‘le’ et ‘les’ se contractent avec les prépositions ‘à’ et ‘de’ : à + le = au ; à + les = aux ; de + le = du ; de + les = des.

A + le = au : Je vais au supermarché (à + le supermarché).

A + les = aux : Parler aux voisins/voisines (à + les voisins/voisines).

De + le = du : Le repas du soir (de + le soir).

De + les = des : Le Conseil des ministres (de + les ministres)

Le problème ne se pose pas pour les articles faisant partie du GN-sujet : Les enfants jouent.

Remarques. – Les noms des lieux commençant par ‘le’ ou ‘les’ admettent la contraction : Il est né au Maroc ; Il part au Caire ; « Je préfère rentrer avec toi au Havre » (Zola, Bête humaine, I). – la contraction se fait dans le cas des titres d’ouvrages, de tableaux commençant par ‘le’ ou ‘les. Voir le tableau suivant :

Les Frères Karamazov Les lecteurs des Frères Karamazov
Le petit prince L’auteur du petit prince
Le bourgeois gentilhomme Le succès du Bourgeois gentilhomme

Quand le titre est composé de deux noms coordonnées par ‘et’/‘ou’, la contraction peut se faire comme elle peut ne pas se faire. Dans le premier cas (avec contraction), on a deux cas de figure : a) Avec le premier article seulement (Dans la dédicace du Coq et l’Arlequin (Cocteau, Poésie artistique, p. 83)) ; b) Parfois, on supprime le deuxième article (Le sous-titre du Rouge et Noir (P. Guth, Naïf aux 40 enfants, p. 23)). Dans le second cas, sans contraction (- À propos de Le Rouge et le Noir (G ? Duhamel, Défense des lettres, p. 265). Mais le mieux, comme le recommande Grevisse, est de faire précéder le titre d’un terme générique (poème, roman, fable, etc.).

« Ces diverses façons de dire ont quelque chose de bizarre, l’avant-dernière n’étant naturelle que quand les noms coordonnés représentent précisément les auteurs principaux (et ce n’est plus vraiment un titre : La fable DU Loup et DE l’agneau (AC., SV, fabl.) et l’on écrit sans italiques ni guillemets). – Il semble que le mieux soit d’employer comme tampon un terme générique (poème, roman, etc.) avec le titre simplement juxtaposé (§336, a) : Voyez la fin du roman Le rouge et le noir. » (Le bon usage : §565, b, 3).

II.1.3. Tableau des articles définis

  Singulier Pluriel
Formes simples a) le, avec un nom masc. Le livre, le chien, etc. b) La, avec un nom fém. La feuille, la lionne, etc. Les, quel que soit le genre : les hommes, les femmes, les fleurs, les arbres, etc.
Remarque L’article s’élide, au singulier, devant un nom commençant, phonétiquement, par une voyelle. L’automne, l’hiver, l’été, l’heure, etc. Par contre : Le handicapé, la hernie, le huit, le ouistiti, le huis-clos, le uhlan.   Les hommes Les handicapés
Formes contractées Les articles définis (le, les) se contractent avec des prépositions à ou de, lorsque celles-ci les précèdent.
  à + le à au à + les à aux de + le à du de + les à des   Par contre : à + la à à la de + la à de la  

Remarque. Les articles définis (le, la, les, l’) se placent toujours devant un nom ou un adjectif épithète lié au nom ; par contre, les pronoms personnels (le, les, l’) viennent toujours avant le verbe : Il fait les exercices -> Il les fait.

II.2. Article indéfini

Contrairement à l’article défini, l’article indéfini désigne une réalité imprécise, c’est-à-dire un être (ou des êtres), une chose (ou des choses) présentés comme non connus, non identifiés. L’article indéfini prend deux formes au singulier : « un » et « une » et une seule au pluriel « des ».

II.2.1. Emplois

On utilise l’article indéfini quand on fait référence à :

a) une personne ou une chose non connue ou non (encore) identifiée de façon précise :

– Une personne (un homme, une femme) demande à vous voir.

– Un livre est sur la table (on ne sait pas de quel livre il s’agit exactement) ;

– Chaque jour, je lis un article (un article quelconque) ;

Toutefois, l’article indéfini renseigne sur la nature du référent du nom, mais ne permet pas de l’identifier de façon précise.

– Il a acheté un livre (un objet appartenant à la classe des livres. Ce n’est donc ni un jouet ni un ordinateur, etc.).

– Ce livre est un recueil de poésies (Ce n’est donc pas un livre de grammaire).

Mais, dans un cas comme dans l’autre, rien n’indique de quel livre ou de quel recueil de poésies il s’agit exactement.

On dit aussi : Ceci est un roman. (un livre relevant du genre Roman) ;  Ceci n’est pas une pipe (Maguerite).

b) Emploi générique : l’article indéfini (un, une), comme l’article défini (le, la) peut prendre une valeur générale : Un chien ne trahit jamais son maitre. (Entendre : n’importe quel chien ; tous les chiens ; le chien en général). Cette phrase a le même sens que la suivante : Le chien ne trahit jamais son maître ; ou les chiens ne trahissent jamais leurs maîtres.

Remarque. L’emploi générique de l’article se rencontre d’ordinaire quand le GN est en position de sujet. Exemple : Un triangle équilatéral (n’importe quel triangle équilatéral) a les trois côtés égaux.

II.2.2. Cas particuliers

II.2.2.1. Dans la même phrase, le même nom peut être déterminé par un article indéfini et ensuite par un article défini.

J’ai vu un homme frapper à la porte. L’homme portait une veste noire.

La deuxième occurrence du mot ‘homme’ désigne un être que le discours rend désormais identifiable, en quelque sorte.

II.2.2.2. Article indéfini vs adjectif numéral ?

L’article indéfini singulier a la même forme que l’adjectif numéral cardinal : un, une. Comment les distinguer ?

Un, une (articles indéfinis) renvoient à un référent inconnu du locuteur :

– Un homme frappe à la porte.

– Des hommes frappent à la porte.

– Une clef tomba.

– Des clefs tombèrent.

Un, une (adjectifs numéral cardinal) expriment une quantité unitaire :

  • Paul n’a qu’un stylo.
  • Il ne leur reste qu’une seule chose à faire.
  • Il avait dans sa trousse une clef et deux stylos.

À vrai dire, seul le contexte (linguistique ou extralinguistique) permet de les distinguer.

II.2.3. Article partitif (de la, de l’, du, des)

a) L’article partitif est un article indéfini ; il se joint à un nom désignant un objet massif (ou des substances massières, pour reprendre l’expression de Damourette et Pichon) pour exprimer une quantité indéterminée, indéfinie. Un objet est massif s’il n’est pas nombrable, comptable.

En général, quand il s’agit d’une substance massière, on peut exprimer une quantité définie ou une quantité indéfinie.

Quantité définie

(1) Il a bu un verre d’eau (une carafe / une bouteille)

(2) Il a mangé un morceau de fromage.

Quantité indéfinie

(1a) Il bu de l’eau.

(2a) Il a mangé du fromage.

L’article partitif indique qu’il s’agit d’une quantité indéfinie de la chose qu’il désigne.

  • Il nous faut du pain, de l’eau et du thé.

b) L’article partitif s’applique aussi aux choses abstraites qu’on ne peut pas quantifier. Exemples : Avoir du courage ; avoir de la chance.

c) L’utilisation du partitif est de règle quand on fait référence à un sport ou à un instrument de musique, notamment avec le verbe « faire » pour le sport et le verbe « jouer » pour les instrument de musique :

Je fais de la marche.

Je fais du Karaté.

Je joue du violon, du piano et de la guitare.

II.2.4. Formes de l’article indéfini et de l’article partitif

Nombre   Singulier Pluriel
  Masc. Un, devant un nom masc. – Un livre, un homme Des, devant un nom pluriel, quel que soit le genre. Des livres, des fleurs ;Des hommes, des abeilles.
Genre Fémi. Une, devant un nom fém. – Une fleure, une abeille.

Remarques. 1° On emploie DU devant un nom masculin commençant phonétiquement par une consonne (du pain) ; DE LA s’emploie devant un nom (masc. Ou fém.) commençant phonétiquement par une consonne ; DE L’ s’emploie devant ….  de l’alcool ; de l’hydromel ; de l’eau.

2° Le partitif se distingue de l’indéfini seulement au singulier :

  • J’ai vu un film (indéfini) ;
  • J’ai mangé du pain (partitif).

Au pluriel, on a une forme unique, DES, aussi bien pour le masculin et le féminin que pour l’indéfini et le partitif.

3° On n’utilise pas le partitif après certains verbes, notamment les verbes de sentiment :

  • J’aime la confiture.
  • J’adore le thé.

Par contre, on dit : Je prends du thé ; Je mange de la confiture.

Prendre une partie de quelque chose.

Quand on parle d’une substance massière en général (du tout et non de la partie), on utilise l’article défini. On ne dira pas :

* Du lait est bon pour la santé. Mais : le lait est bon pour la santé.

4° Un nom massif peut parfois être utilisé comme un nom comptable. Dans ce cas, ce qui est désigné n’est pas la substance elle-même, mais un objet constitué ou rempli de cette substance. Dire par exemple : J’ai acheté deux fromages ;  J’ai pris trois pains (objet que l’on vend dans une boulangerie).

Cas particuliers : ne pas confondre

a) ‘du’ partitif’ et ‘du’ article défini contracté

‘du’ (article défini contracté) et ‘du’ (article partitif)

Le nom qu’il détermine est-il comptable ou massif ? Le verbe est-il transitif direct ou transitif indirect ?

‘du’ partitif peut être remplacé par « un peu » ou « beaucoup » :

Je parle du voisin

Verbe : on dit parler de qqch ou de qqn

Je parle de qui ? du (de + le) voisin.

=> ‘du’ est article défini contracté.

Il prend du fromage.

Verbe : prendre quelque chose

Il prend Quoi ? ‘du’ est un article partitif.

b) ‘des’ article indéfini et ‘des’ article défini contracté (de + les)

Pour s’assurer qu’il s’agit ou non d’un article indéfini, on met le nom déterminé au singulier :

Il a des chemises.

Au singulier : Il a une chemise.

Il me parle des voisins.

Au singulier

Il me parle du voisin

III. Transformations linguistiques

À la forme négative, les articles indéfinis et les articles partitifs deviennent ‘de’

Articles indéfinis

Mon père a acheté une voiture. Mon père n’a pas de voiture.
Les étudiants ont fait un exposé. Les étudiants n’ont pas fait d’exposé.

Articles partitifs

Je mange de la confiture. Je ne mange pas de confiture.
Il a de la chance. Il n’a pas de chance.
Il joue du violon. Il ne joue pas de ?? violon.
Nous faisons de la marche. Nous ne faisons pas de ?? marche.

Exceptions

Avec le verbe ‘être’, l’article indéfini (un, une, des) ne subissent aucun changement à la forme négative :

C’est un chien. – > Ce n’est pas un chien.

Ce sont des loups. – > ce ne sont pas des loups.

Dans le cas des articles définis, l’article ne subit aucune transformation :

Il a vu les lions. Il n’a pas vu les lions.
Il s’est lavé les mains. Il ne s’est pas lavé les mains.

L’article défini ‘des’ devient ‘de’ ou « d’ » devant un adjectif antéposé.

Singulier Pluriel
J’ai acheté une chemise. J’ai acheté une belle chemise. J’ai acheté des chemises. J’ai acheté de belles chemises.

Le déterminant (Suite)

Démonstratif, possessif, numéral, indéfini, relatif, interrogatif & exclamatif

I. Déterminant démonstratif

Le déterminant démonstratif sert à localiser dans l’espace ou dans le temps l’être ou l’objet désigné par le nom auquel il est joint: je veux acheter ce livre ; je voyage cette semaine. L’adjectif démonstratif se présente sous les formes suivantes :

masculin féminin
singulier ce (bureau) cet (homme) cette (femme) cette (ardeur)
Pluriel ces (garçons) ces (héros) ces (filles) ces (huitres)

La forme du masculin singulier « ce » est employée devant un nom qui commence par une consonne ou un h aspiré : ce pantalon, ce héros. La forme « cet » est employée avec les noms qui ont une initiale vocalique ou qui commencent par un h muet : cet arbre, cet homme.

A côté de la forme simple de l’adjectif démonstratif, il y a une forme renforcée et qui est faite avec les deux particules adverbiales «ci» et «là», placées après le nom. La particule « ci » indique la proximité, alors que « là » souligne l’éloignement : Cette feuilleci, cette année.

II. Déterminant possessif 

Les adjectifs possessifs sont des déterminants personnels qui indiquent que ce qui est désigné par le nom appartient à la personne qui parle, à celle à qui on parle, ou à celle de qui on parle. Autrement dit, ils marquent une relation d’appartenance  entre l’objet, l’être ou la notion désignés par le nom avec un autre objet, être, ou notion.

Les adjectifs possessifs varient avec le genre et le nombre de l’objet possédé et avec la personne du possesseur:

Personne et genre Un possesseur Plusieurs possesseurs
  Un objet Plusieurs objets Un objet Plusieurs objets
1re pers. m. 1re pers. f. mon livre ma trousse mes livres mes trousses notre livre notre trousse nos livres nos trousses
2ème pers. m. 2ème pers. f. ton livre ta trousse tes livres tes trousses votre livre votre trousse vos livres vos trousses
3ème pers. m. 3ème pers. f. son livre sa trousse ses livres ses trousses leur livre leur trousse leurs livres leurs trousses

Remarque. Devant les noms féminins commençant par une voyelle ou un h muet, on emploie les déterminants possessifs mon, ton et son au lieu de ma, ta et sa.

L’adjectif possessif, comme plusieurs déterminants, peut signifier:

  • La possession – Mes cahiers et mon crayon sont sur mon bureau.
  • L’origine – Mon pays est là-bas près de la mer.
  • La répétition, l’habitude – Il a raté son train.
  • L’affection, l’intérêt – Notre Ahmed est tout heureux.

III. Déterminant numéral

Les adjectifs numéraux désignent le nombre ou le rang précis des êtres ou des choses qu’ils déterminent. Généralement, on répartie les adjectifs numéraux en cardinaux et en ordinaux.

a)  Les numéraux cardinaux indiquent un nombre précis. Ils ne varient pas en genre (sauf un) mais ils varient indéfiniment en nombre puisqu’ils connaissent jusqu’à l’infini une forme pour chaque quantité – Je vois trois filles dans le parc. D’un point de vue formel, les cardinaux sont formés de mots simples (un, deux, trois…) ou composés soit par addition (dix-huit, vingt et un…), soit par multiplication (quatre-vingts, deux cents…).

  b) Les numéraux ordinaux expriment une idée d’ordre et de classement, ils ont les mêmes caractères morphologiques que les adjectifs – la huitième semaine, le deuxième jour. Du côté formel, les ordinaux sont soit des mots simples (troisième, cinquième…), soit composés par l’ajout du suffixe –ième (vingt et unième, trente-deuxième…).

Remarque sur l’accord des adjectifs numéraux : L’accord des adjectifs numéraux se fait selon le cas.Les adjectifs cardinaux sont invariables – Page trente – quatre / Deux mille soldats. A l’exception de un au féminin – Vingt et une pages, et, de vingt et cent, qui prennent le «s» au pluriel lors qu’ils sont multipliés par un adjectif numéral – deux cents et quatre-vingts. Mais, il est d’usage de ne pas mettre d’s s’ils sont suivis d’un autre adjectif numéral – deux cent un, quatre-vingt-deux.

IV. Déterminant indéfini

« Les adjectifs indéfinis sont ceux qui se joignent au nom pour marquer, en général, une idée plus ou moins vague de quantité ou de qualité, ou une idée d’identité, de ressemblance, de différence » (Le bon usage p.624). Les adjectifs indéfinis se présentent comme suit:

Idée exprimée Masculin Féminin
Qualité Certain, n’importe quel, je ne sais quel, quelque, quelconque   Certaine, n’importe quelle, je ne sais quelle, quelque, quelconque
Quantité Aucun, pas un, nul, divers, différents, plusieurs, plus d’un, maint, quelques, chaque, tout Aucune, pas un, nulle, diverses, différentes, plusieurs, plus d’une, mainte, quelques, chaque, toute
Différence Autre, quelque autre Autre, quelque autre
Ressemblance Même, tel Même, telle

Mais certaines autres formes peuvent être comptées au nombre des adjectifs indéfinis :

  • Des adverbes de quantité construits avec de (ou des) : assez de, beaucoup de, trop de, tant de, etc.
  • Des noms construits avec de ou absolument : quantité de, nombre de, force, etc.
  • Des séquences de discours où intervient un verbe : je ne sais quel, n’importe quel, etc.
  • Et beaucoup d’autres expressions telles que : je ne sais trop combien de : Je ne sais trop combien d’automobilistes sont  touchés dans cet accident.
  • Déterminants relatif, interrogatif et exclamatif

V.1. Déterminant relatif

Les adjectifs relatifs se mettent devant un nom pour marquer que l’on rattache à ce même nom déjà exprimé la proposition qui suit : J’ai parfaitement reconnu cet homme, lequel homme est un individu déjà célèbre par ses méfaits. Les déterminants relatifs s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent.

Le déterminant relatif est formé de l’adjectif quel précédé de l’article indéfini :

Masculin Féminin
Singulier Lequel / duquel / auquel laquelle / de laquelle / à laquelle
Pluriel lesquels / desquels / auxquels lesquelles / desquelles / auxquelles

V.2. Déterminant interrogatif

Les adjectifs interrogatifs invitent à indiquer la qualité d’un être ou d’une chose sur laquelle porte la question. Il s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. Ex. de quelle ville être-vous originaire ? Cet adjectifs est quel au masculin et quelle au féminin (pluriel quels et quelles).

Remarque. ‘quel’, ‘quelle’, ‘quels’, ‘quelles’ peuvent être employés comme exclamatifs. Ils servent à exprimer l’admiration, l’étonnement, l’indignation… : quel homme !

Quel = masculin singulier;

Quels = masculin pluriel;

Quelle = féminin singulier;

Quelles = féminin pluriel.

On range parfois parmi les interrogatifs « combien de ».

Ces mêmes formes sont exclamatives lorsqu’elles expriment l’admiration, l’étonnement, etc. On parle alors d’adjectifs exclamatifs.

Espèces de déterminants Les articles Les dét. possessifs Les dét. démonstratifs Les dét. indéfinis
a) Art. définis Le, la, les b) Art. indéfinis un, une, des c) Art. partitifs du, de la, des Mon, ton, son ; ma, ta, sa. Notre, votre, leur ; nos, vos, leurs. Ce, cette, cet, ces. Quelques, plusieurs, chaque, certains, tout, …
  Les dét. numéraux cardinaux   Les dét. numéraux ordinaux     Les dét. interrogatifs   Les dét. exclamatifs
Un, deux, trois, etc. Premier, deuxième, etc. Quel, quelle, quels, quelles, combien de. Quel, quelle, quels, quelles, combien de, que de.

VI. Combinaison des déterminants

Deux déterminants peuvent se rencontrer devant le même nom. Les numéraux et certains indéfinis peuvent s’employer seuls, sans autre déterminant. Mais ils peuvent aussi être accompagnés d’un article défini, d’un possessif, d’un démonstratif :

  • Deux garçons – Les deux garçons – Ces deux garçons – Mes deux enfants.
  • Quelques erreurs – les quelques erreurs – ces quelques erreurs.

Exception : « tous », déterminant indéfini, se place avant et non après les déterminants définis, possessifs, démonstratifs :

  • Tous les hommes ; toutes les femmes ;
  • Toutes mes affaires ; Tous les deux (tous deux).

Un nom, en général, ne peut être accompagné de plus d’un déterminant. Mais, les déterminants numéraux (deux, trois, etc.) et quelques déterminants indéfinis (quelques, divers, différents) font exception à cette règle.


By Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz, Fès
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Maroc